“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La SBM affiche des résultats financiers positifs

Mis à jour le 13/06/2019 à 10:13 Publié le 13/06/2019 à 10:13
Inauguré le 22 février dernier par la famille princière, le nouveau complexe One Monte-Carlo connaît des premiers résultats positifs.

Inauguré le 22 février dernier par la famille princière, le nouveau complexe One Monte-Carlo connaît des premiers résultats positifs. Cyril Dodergny

La SBM affiche des résultats financiers positifs

Avec un chiffre d’affaires en hausse de 11 % et une progression dans tous ses secteurs d’activité, la société semble tirer les premiers bénéfices de la renaissance de Monte-Carlo

L’heure du renouveau ? C’est justement dans le centre des congrès flambant neuf du One Monte-Carlo que le président délégué de la Société des Bains de Mer, Jean-Luc Biamonti, a presenté hier soir les résultats consolidés de son entreprise pour la période allant du 1er avril 2018 au 31 mars 2019.

Un bilan qui tend vers le positif. De quoi rassurer les actionnaires, après des années compliquées.

Le chiffre d’affaires pour l’exercice achevé fin mars est nettement en hausse. Soit 526,5 millions d’euros contre 476,6 millions l’an dernier. Un premier effet bénéfique de la fin des travaux à Monte-Carlo et de la livraison de l’Hôtel de Paris et du complexe One Monte-Carlo ?

« C’est un exercice qui amorce le redressement. Nous sommes au bas du col, il faut continuer à pédaler, mais tous les secteurs sont en progression et la perte opérationnelle est fortement réduite », confirme Jean-Luc Biamonti.

En effet, le secteur des jeux progresse de 11 %, celui de l’hôtellerie de 8 %, alors que le secteur locatif lui, fait un bond de 27 %.

Pari gagné pour les Jeux ?

Le résultat opérationnel est toujours déficitaire de -9,6 millions d’euros. Négatif, donc, mais bien loin des -27,1 millions d’euros de l’exercice précédent. L’hôtellerie, par exemple, demeure avec un résultat opérationnel en déficit, même si le chiffre d’affaires progresse. Mais lors de l’exercice clos, l’exploitation partielle de l’Hôtel de Paris en travaux a amputé des chambres, compliquant son exploitation.

Le résultat net consolidé de l’entreprise, lui, repasse en positif et gagne 2,6 millions d’euros. Et les résultats de la société numérique Betclic Everest Group sont à peu près stables : 12,3 millions d’euros, contre 12,5 l’an dernier.

La progression la plus symbolique pour l’entreprise est celle des Jeux. Ce chiffre d’affaires de 222,7 millions d’euros, Jean-Luc Biamonti le voit comme une récolte des efforts faits dans la diversification de ce secteur. « Nous avons su capter le haut de notre clientèle avec des événements exceptionnels au Casino, tout en attirant de nouveaux joueurs occasionnels, notamment avec la Salle Europe qui est devenue un lieu de vie. »

Des pratiques qui ont capté des joueurs importants, principalement du Moyen Orient, puis d’Asie et un peu d’Amérique latine.

L’opération des casinos nomades, désignant l’idée lancée l’an dernier d’implanter pour la saison des tables de jeux dans des lieux de fête (au Nikki Beach et au Blue Gin) a également séduit. Elle est reconduite cette année, avec notamment deux tables dans un carré du Jimmy’z.

« Nous pouvons faire encore mieux »

Pour le locatif, le bond de 27 % du chiffre d’affaires traduit l’activité des résidences du groupe (au Bay, au Sporting, au Balmoral). Et des premiers loyers encaissés au One Monte-Carlo où 100 % des espaces commerciaux sont loués.

« Dans cet exercice clôturé, nous n’avons encaissé les loyers des boutiques que depuis février. Dès l’an prochain, la manne de ces revenus devrait avoir un gros effet », souligne Jean-Luc Biamonti. Qui précise que ces nouveaux locataires sont très satisfaits. « Les premiers retours que nous avons disent que leurs chiffres d’affaires ont explosé. Nous n’avons plus aucun espace à louer, mais tout le monde nous en réclame, même ceux qui nous ont boudés quand nous avons imaginé le projet One. »

Les loyers des appartements des tours du One Monte-Carlo, eux aussi, devraient être bénéfiques au futur chiffre d’affaires.

Les travaux qui ont pris du retard sont en cours d’achèvement dans les étages.

Les deux derniers immeubles seront livrés en juillet. Un tiers des appartements est déjà loué. Et trois étages sur neuf dans l’immeuble de bureaux.

« Nous sommes assez optimistes sur l’exercice qui démarre. Nous pouvons faire encore mieux. Les deux prochaines années, avec un environnement international similaire, on peut gagner des parts de marché importantes. Je suis très confiant », assure Jean-Luc Biamonti, qui devrait féliciter l’ensemble des équipes dans la semaine.

Et si, pour l’heure, aucun nouveau chantier pharaonique n’est envisagé, les investissements se poursuivent dans les établissements.

Des chambres vont être refaites à l’Hermitage, au Monte-Carlo Bay. La réfection des plages du Beach est lancée pour les prochaines saisons. Les jardins des Boulingrins, reconfigurés mais gardant leur esprit originel et ses trois fontaines, seront dévoilés fin juin. Et la place du Casino, elle, sera refaite cet hiver et livrée pour Pâques 2020.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct