La réponse de la mairie de Cavalaire aux plaisanciers menant une fronde contre le projet de rénovation du port

Tandis que les trois associations de plaisanciers mènent une fronde face au projet de rénovation du port de Cavalaire, Ecobleu, le maire a tenu à répondre au courrier de leur avocat.

aurélien ruesterholz Publié le 25/05/2018 à 15:30, mis à jour le 25/05/2018 à 16:25
La bataille pour ou contre le projet écobleu continue. Photo A. R.

Au début du mois d'avril, les trois associations de plaisanciers, APPC-Anneau Bleu-ADIC, du port cavalairois ont adressé un courrier à la mairie pour demander "la suspension du projet et sa révision profonde, afin qu'il réponde aux besoins des plaisanciers et qu'il soit mené conformément à la réglementation", comme nous l'a écrit leur avocat, Me Raison.

Les associations sont donc en total désaccord avec le projet, et ont mentionné les points qui les dérangent, tels que "le financement d'ouvrages non portuaires" ou encore "une augmentation inacceptable des tarifs portuaires".

>>A LIRE: Le financement du Port de Cavalaire contesté par les plaisanciers

L'argent, le nerf de la guerre? Le maire Philippe Leonelli a choisi de prendre le temps pour envoyer sa réponse au cabinet, afin de ne pas négliger leurs craintes et d'y apporter des réponses. Un courrier en date du 22 mai a donc été adressé à leur représentant, Maître Olivier Raison.

Morceaux choisis.

 

Un mécontentement non compris

Le maire Philippe Leonelli ne comprend pas "la vive inquiétude des plaisanciers" mentionnée par l'avocat dans son courrier. "Ceux-ci ont massivement souscrit aux garanties d'usage, puisqu'à ce jour, les deux tiers du budget prévisionnel des travaux sont financés par des GU, (...), preuve s'il en est de leur adhésion à ce projet", estime-t-il.

Hausse des prix

Depuis le 1er janvier 2018, port privé et port public (environ 50% chacun) ne forment plus qu'un (public). Plus chers que dans le public, les prix du port privé pouvaient "varier du simple au double (...) pour des prestations quasiment équivalentes" selon la mairie qui a souhaité "rétablir une égalité de traitement entre les usagers".

D'où la grogne des associations concernant notamment l'augmentation de 60% des charges annuelles applicables aux titulaires de garanties d'usage de 21,50 euro le m² à 34,40 euros le m².

Financement de travaux hors zone

Les plaisanciers pointaient du doigt les travaux concernant Azureva ou encore la place Sainte-Estelle, qu'ils considèrent non dédiés au port. Ce à quoi rétorque le maire.

 

"Les ouvrages ou installations financés par des GU participeront à l'animation et/ou au fonctionnement d'ensemble du service public ou du domaine portuaire. (...) à ce titre, ils feront bien partie du domaine public portuaire de Cavalaire et appartiendront à la Collectivité." 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.