“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La Région vote l’ouverture des TER à la concurrence

Mis à jour le 14/12/2019 à 10:36 Publié le 14/12/2019 à 10:36
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La Région vote l’ouverture des TER à la concurrence

C’est une première en France. Les appels d’offres seront lancés début 2020 sur Marseille-Toulon-Nice et Nice-Tende. « Des trains à l’heure et des rabais avec une qualité de service », a promis Renaud Muselier

La région Sud Provence Alpes-Côte d’Azur s’est lancée concrètement, hier, dans l’ouverture à la concurrence de ses TER, une première qui sera scrutée par les autres régions et les opérateurs publics et privés qui lorgnent sur le monopole de la SNCF.

L’exécutif régional, dirigé par Renaud Muselier (LR), a voté une « procédure de délégation de service public » d’une partie de ses TER.

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur n’a pas perdu de temps : la loi ne permet que depuis le 1er décembre de passer des appels d’offres pour confier les TER à d’autres opérateurs que la SNCF.

Début 2020, la région compte lancer les appels d’offres pour deux lots de liaisons, Marseille-Toulon-Nice et Nice-Tende, a précisé Renaud Muselier en séance plénière.

« On va avoir des prix “canonissimes” » proposés par les opérateurs publics ou privés, français ou étrangers, qui répondront à ces appels d’offres, a-t-il affirmé : « On va avoir les trains à l’heure, on va avoir des rabais, avec une qualité de service ! Je vous le parie aujourd’hui ! »

Renaud Muselier a détaillé la suite du calendrier : le choix de l’opérateur retenu pour chaque lot en juin 2021, le démarrage de l’exploitation l’année suivante sur Marseille-Toulon-Nice (7 allers-retours quotidiens actuellement) et en 2024 pour Nice-Tende (58 allers-retours sur différentes dessertes).

Pour dix ans

Les contrats seront signés pour dix ans, et représentent une valeur estimée sur la période d’environ 1,78 milliard d’euros. Huit opérateurs, dont deux français, ont déjà fait part de leur intérêt pour les lots ouverts par la région.

La région consacre chaque année 285 millions d’euros à ses transports ferroviaires et l’ouverture à la concurrence permettra de « récupérer de l’argent public » sans « supprimer aucune ligne ni aucune gare », a-t-il promis.

« Nous faisons le pari que d’être les premiers nous permettra d’avoir les meilleures offres possibles, au niveau financier et surtout, ce qui est notre obsession, de la qualité du service pour les usagers », a souligné l’Azuréen Philippe Tabarot, vice-président en charge des transports.

Pour le Rassemblement national, Amaury Navarrane, tout en estimant que cette ouverture à la concurrence est « peut-être une opportunité », a critiqué une « marche forcée pour la mise en concurrence » au regard notamment des investissements déjà effectués par la Région s’agissant des centres de maintenance. Renaud Muselier a insisté sur l’urgence de ces travaux et sur le fait que ces investissements seront « défalqués dans le cadre de l’appel d’offres » à venir.

C’est un président de Région tout sourire qui a abordé la question des finances, et plus particulièrement le budget 2020 qui atteint les 4,404 milliards d’euros. « Un budget construit autour de la ligne directrice suivante : stabilité des dépenses de fonctionnement et effort accru en faveur de l’investissement. »

Un point tout particulièrement semble remplir de bonheur Renaud Muselier : l’évolution de l’encours de la dette. « Depuis quatre ans, nous avons engagé un redressement des finances de la collectivité, qui s’étaient fortement dégradées depuis 2013. Pour la première fois de l’histoire de la collectivité, l’encours de la dette est à la baisse. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.