“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La promenade de la 1ère DFL fermée jusqu'à mercredi

Mis à jour le 06/01/2018 à 05:03 Publié le 06/01/2018 à 05:03

La promenade de la 1ère DFL fermée jusqu'à mercredi

Le rapport rendu par un géologue après la chute d'un énorme rocher sur la promenade, le 30 décembre, est formel : par mesure de sécurité, l'artère doit être coupée au moins six jours

Après la chute d'un énorme rocher sur la promenade de la 1re DFL, le 30 décembre dernier, la commune de Roquebrune attendait les résultats d'un nouvel examen géologique, programmé le 3 janvier, pour statuer.

Les conclusions sont sans appel : face à ce que l'expert qualifie de « péril imminent », des mesures drastiques et immédiates s'imposent. Aussi la Ville a-t-elle décidé, jeudi, de couper l'artère à la circulation, à hauteur du risque identifié. Et ce pour six jours, au minimum.

Déviation par Gorbio

Les riverains concernés devront dès lors emprunter une déviation par Gorbio pour regagner le littoral. Un détour - qui sera bien entendu fléché - correspondant environ à 45 minutes de route supplémentaires.

« Des travaux de sécurisation du bloc rocheux menaçant seront engagés dès que possible », assure la municipalité par voie de communiqué. À savoir dès lundi, si la météo le permet. Via l'installation de filets de protection, dans un premier temps.

« La mesure sera probablement prolongée, mais pas forcément de manière aussi stricte, souligne-t-on en mairie. On pourrait retrouver à partir de jeudi une circulation encadrée, sous le contrôle de la police et de l'entreprise en charge des travaux. »

Et si les équipes de la Ville ont bien conscience de la gêne occasionnée, elles assurent qu'il s'agit de garantir coûte que coûte la sécurité publique - dont le maire est le garant.

« Nous irons contrôler si les obstacles restent à leur place », précise-t-on à l'attention de ceux qui désireraient filouter.


La suite du direct