“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La porte à côté au Théâtre Michel-Daner ce samedi soir

Mis à jour le 12/10/2018 à 05:06 Publié le 12/10/2018 à 05:06
Une comédie sur le sentiment amoureux, avec des échanges acérés...

Une comédie sur le sentiment amoureux, avec des échanges acérés... S.I.

La porte à côté au Théâtre Michel-Daner ce samedi soir

Ils sont voisins de palier, ils se détestent cordialement, et comme des millions de célibataires perdus dans la ville, ils explorent furtivement les sites de rencontre à la recherche de l'amour, de quelqu'un qui serait juste aux antipodes de ce personnage infernal qui vit la porte à côté.

Ils sont voisins de palier, ils se détestent cordialement, et comme des millions de célibataires perdus dans la ville, ils explorent furtivement les sites de rencontre à la recherche de l'amour, de quelqu'un qui serait juste aux antipodes de ce personnage infernal qui vit la porte à côté. Et lorsqu'enfin ils trouvent chacun l'âme sœur, ils ne résistent pas au plaisir de se l'annoncer.

Un texte drôle et brillant

Créée au théâtre Édouard VII avec Emmanuelle Devos et Edouard Baer, cette comédie de Fabrice Roger-Lacan sur le sentiment amoureux est tout aussi légère que son texte est brillant, plein d'esprit et d'humour. Certes l'issue de la confrontation est connue d'avance, mais tel est le jeu de la comédie sentimentale. Celle-là embarque le spectateur pour presque deux heures dans un feu d'artifice d'échanges acérés, de répliques au rythme soutenu, où l'on rit des prises de bec, de ce duo interprété ici par les comédiens de la compagnie « Nouez-vous » ; une formation théâtrale habituée du Théâtre Michel-Daner, puisque successivement à l'affiche de « Cravate club », un autre succès d'Édouard Baer, ou encore de « Cuisine et dépendance ». Une compagnie qui, si elle a toujours privilégié les actions pédagogiques en milieu scolaire, affiche un éclectisme dans le choix de sa programmation, avec néanmoins comme ce samedi à Beausoleil, un penchant pour les comédies sarcastiques et grinçantes sur les rapports humains et la société. Pour le plus grand plaisir des spectateurs qui devraient ressortir galvanisés et heureux du spectacle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct