“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La place du Grand-Jardin à Vence va devenir... un jardin

Mis à jour le 05/10/2018 à 05:25 Publié le 05/10/2018 à 05:25
Des oliviers bien sûr, mais aussi une orangerie, sans oublier les platanes. En tout, ce sont 400m2 de végétation supplémentaire qui seront plantés avec une plusieurs espaces dédiés.
	(Dessin du cabinet Jean Mus et Compagnie)

La place du Grand-Jardin à Vence va devenir... un jardin

Après 30 ans d'atermoiements, la place centrale du Grand-Jardin va devenir un jardin provençal. Jeux pour enfants, de boules, de détente, canal, orangers... Le projet est porté par un célèbre paysagiste

En mai dernier, les habitants découvraient ébahis un jardin éphémère au centre de la ville, sur la place du Grand-Jardin qui, pour une fois, portait bien son nom. Séduits, les Vençois se sont alors dit que ce serait bien que ce provisoire dure.

Aussitôt dit, aussitôt pensé. Sur la lancée, la municipalité a proposé la création d'un vaste jardin. La présentation du projet a eu lieu, avant-hier soir, en mairie lors d'un forum citoyen.

Elle s'est effectuée en présence de l'architecte paysager Jean Mus, connu pour de multiples réalisations dont Polygone-Riviera ou encore le jardin exotique d'Èze.

« C'est un projet attendu depuis des décennies » a en préambule souligné Catherine Le Lan. Et d'ajouter : « Toutes les familles et les habitants du centre pourront profiter du jardin de la place à l'année. Aujourd'hui, la place, soit on la traverse, soit on la contourne pour ne pas se salir. Demain, ce sera un lieu où l'on restera, passera du temps. »

Catherine Le Lan a ensuite expliqué que le projet sera soumis au public lors d'une concertation jusqu'au 2 novembre (voir encadré ci-contre). Puis il sera débattu en décembre au conseil municipal. Les travaux pourraient ensuite débuter en janvier, « pour une livraison avant l'été. »

À quoi doit-il ressembler ? À « un jardin provençal avec des plantes et des essences de nos climats rappelant l'identité agricole de la commune. Un espace récréatif et esthétique, un élément de bien-être et de santé pour tous les Vençois, 365 jours par an » a résumé le maire.

Puis ce fut autour de Jean Mus de détailler le projet (voir ci-dessous). Avec sa faconde fleurie, le paysagiste a d'abord fustigé « la monotonie des places dans le paysage national. » Pour lui, le jardin de Vence doit donner « une impression désuète, celle de la dernière ville de la Provence orientale. Restons humbles, simples avec la nature. » Il a aussi enjoint la municipalité « à former des jardiniers avec un grand ''J'' afin d'entretenir le futur jardin et de ne pas utiliser des nacelles pour raser les branches et ne pas avoir de feuilles à ramasser ! Il faudra prendre un engagement pour l'entretenir et garder cet esprit. »

C'est la fin d'une alchimie. Plus de vingt ans que les Nuits du Sud prenaient leurs quartiers d'été, là, au cœur de la ville, sur la place du Grand-Jardin. C'est désormais entériné. Le festival vençois, un des plus vieux de la Côte d'Azur, déménagera dès l'été prochain. Pour aller où ? C'est la question que beaucoup de Vençois se posent.

Selon Catherine, pas pour très loin, à une dizaine de mètres de là, sur le parking Marie-Antoinette. C'est en effet ce qu'a confirmé la maire, avant-hier soir: « Soit on a un jardin 365 jours sur 365, soit 36 heures de concerts estivaux. »

À la remarque d'une habitante qui estimait que le festival serait « relégué et que cela risquait de le mettre plus en danger qu'il ne l'est aujourd'hui », Catherine Le Lan a avancé : « On a tout essayé. Cela fait 30 ans qu'on ne fait rien sur la place à force de vouloir tout concilier. Nous avons pensé au modulable, mais ça ne fonctionne pas. J'ai fait le choix de mettre l'intérêt des Vençois en priorité. Le choix du parking Marie-Antoinette va permettre d'avoir deux espaces magnifiques, sans changer les habitudes. On peut d'ailleurs imaginer un festival In et Off. Cela va permettre aussi de garder l'attractivité du centre, qui ne sera plus bouclé à 18 h. La ville restera accessible. Et quand la villa Bellissime sera détruite en 2020, il y aura un lieu avec la place du Grand-Jardin. »

Le projet de transfert sera proposé à l'Epic de l'office de tourisme le 15 novembre prochain. À lui, de l'accepter ou pas. Et sinon de trouver un autre lieu. Mais lequel ?


La suite du direct