“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La philosophie met les lycéens à l’épreuve

Mis à jour le 18/06/2019 à 10:05 Publié le 18/06/2019 à 10:05
Les lycéens échangent leurs ressentis à l’issue de la première épreuve du baccalauréat.

Les lycéens échangent leurs ressentis à l’issue de la première épreuve du baccalauréat. I.T.

La philosophie met les lycéens à l’épreuve

Les épreuves du Bac ont commencé hier par l’examen de philo, comme toujours. Les ressentis étaient mitigés à la sortie du lycée Albert-1er

Et une épreuve de passée pour les candidats au baccalauréat. Le coup d’envoi a été donné hier avec, comme chaque année, la philosophie. Quatre heures d’examen et trois sujets au choix parmi lesquels, deux questions de dissertation et, depuis quelques années, un commentaire de texte.

À midi, devant le lycée Albert-1er, les lycéens monégasques échangeaient, débriefaient, comparaient leurs réponses, ou partaient sans un mot à la sortie de l’examen. Du côté des scientifiques, réflexions sur la pluralité des cultures, sur la liberté, ou sur un texte de Freud étaient au programme.

« Plus des SES que de la philo »

Parmi les candidats en série économique et sociale (ES), c’est le deuxième sujet qui a le plus conquis : « Le travail divise-t-il les Hommes ? ». Philippine, jeune lycéenne, explique : « On n’a pas vraiment vu ça pendant l’année, mais la question était facile. On pouvait y mettre des notions de SES [sciences économiques et sociales, ndlr], parce que le sujet jouait là-dessus aussi. »

Sur Twitter, les avis rejoignent cette idée : « Bon les ES, qui a l’impression d’avoir fait des SES au lieu de la philo ? #BacPhilo », pouvait-on lire dans un tweet partagé près de 1 600 fois hier après-midi.

Plusieurs admettent n’avoir que peu, voire pas du tout révisé, et s’en être quand même sortis : « c’était un freestyle complet. », entendait-on devant les portes du lycée. Gloria, elle, reconnaît avoir dû faire des choix : « Je n’ai relu la philo qu’hier. On a d’autres matières aux coefficients plus importants ».

Une question de coefficients

Si la philosophie n’a qu’un coefficient de 4 pour la série ES, les enjeux sont plus grands pour la série littéraire (L). Avec un coefficient de 7, c’est la deuxième matière la plus importante pour la notation finale. La frustration en est d’autant plus grande lorsque les sujets de l’épreuve ne reviennent pas.

« On s’attendait à de l’interprétation, et on est tombés sur l’art et le temps », explique Elodie. Son amie, qui s’est rabattue sur le commentaire de texte, renchérit : « On est tombés sur les sujets qui ne servaient à rien. Le temps, on ne sait pas d’où ça sort, on ne l’a pas fait. Pourtant j’étais là à tous les cours ».

Est-il possible d’échapper au temps ? Pas quand il s’agit de révisions et d’examens, puisque les futurs bacheliers enchaînent dès aujourd’hui, à 8 h, avec l’examen d’histoire-géographie.

Bac ES

Sujet 1 : La morale est-elle la meilleure des politiques ?

Sujet 2 : Le travail divise-t-il les Hommes ?

Sujet 3 : Commentaire de texte - Leibniz, Remarques sur la partie générale des Principes de Descartes (1692)

Bac L

Sujet 1 : Est-il possible d’échapper au temps ?

Sujet 2 : À quoi bon expliquer une œuvre d’art ?

Sujet 3 : Commentaire de texte - Hegel, Principes de la philosophie du droit (1820)

Bac S

Sujet 1 : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

Sujet 2 : Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?

Sujet 3 : Commentaire de texte - Freud, L’Avenir d’une illusion (1927)


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.