Rubriques




Se connecter à

La nouvelle centrale à béton de Breil-sur-Roya exaspère les riverains

Construite pour aider le chantier de reconstruction de la Roya, l’installation dérange les riverains qui dénoncent des nuisances sonores et environnementales. On fait le point.

Célia Malleck Publié le 24/07/2021 à 14:30, mis à jour le 24/07/2021 à 14:37
L’installation se situe en contrebas de l’avenue de l’Authion, près de la gare. Photo Amédée di Segni

On l’entend depuis les quais de la gare. La nouvelle centrale à béton de Breil-sur-Roya ne fait pourtant pas un bruit monstre. Mais le va-et-vient des camions bennes, le grincement des rocs qu’ils déchargent et le bruissement des graviers qu’ils déversent agacent les riverains de l’avenue de l’Authion et de la route de la Madone du Mont.

Au début du mois, une plainte a été déposée en préfecture, comme l’ont révélé nos confrères de France 3 Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Certains habitants ont signé une pétition et créé un groupe Facebook pour dénoncer une construction illégale, des nuisances sonores et environnementales. Mais la situation semble s’être tassée.

"Le bruit était infernal"

"C’est calme en ce moment, reconnaît une riveraine qui souhaite garder l’anonymat. Peut-être que la pétition et le reportage ont fait changer les choses. On voit bien qu’ils se sont calmés. Avant, on avait du bruit de 6 à 20 heures, sans discontinuité."

Et d’ajouter: "On entendait des gros "boum" parfois, des tapements, les cris des ouvriers… C’était infernal. »

 

Et pas du tout prévu. "On ne savait pas qu’une centrale à béton allait se construire. Un beau jour, on a vu débarquer des camions aplanir le terrain. Une dalle de béton a été coulée vers mars et après les travaux ne se sont plus arrêtés."

Beaucoup se sont interrogés sur l’absence de permis de construire ou d’enquête publique. Et ont interpellé le maire de Breil.

La mairie interpellée

Sébastien Olharan a tenté d’apporter des explications sur Facebook. "Cette centrale est implantée par une entreprise privée sur un terrain privé situé au fond du plateau de la gare. Cette structure doit permettre de faire face de manière plus efficace aux besoins en béton des chantiers de la reconstruction [de la Roya, ndlr]."

Et d’ajouter: "Je veux préciser que la mairie n’a reçu aucune demande, et par conséquent n’a de son côté accordé à ce jour aucune autorisation ni aucun permis de construire. En revanche, une déclaration initiale a bien été déposée auprès des services de l’État le 1er juillet 2021."

 

Contactée, la préfecture des Alpes-Maritimes a expliqué pourquoi cette installation n’a pas nécessité de permis de construire.

La société en règle

Les centrales à béton font partie des Installations classées pour la protection de l’environnement (IPCE). C’est un régime spécial qui nécessite une déclaration en préfecture avant la mise en service de l’activité. "En revanche, des aménagements préalables à l’installation peuvent débuter avant la preuve de dépôt, sous l’entière responsabilité de l’exploitant, et sans préjudice d’autres réglementations (urbanisme notamment) qui pourraient s’appliquer", ont fait savoir les services de l’État.

La preuve de dépôt a bien été délivrée le 1er juillet 2021. La société Béton Vicat serait donc en règle.

Néanmoins, les riverains interviewés assurent que la centrale a commencé à fonctionner "bien avant le 1er juillet".

Une plainte déposée

Une plainte a été déposée le 8 juillet. La préfecture a fait savoir qu’un contrôle allait être exercé auprès de l’exploitant. Il "portera sur le respect des prescriptions de l’arrêté ministériel du 26 novembre 2011 (Relatif aux prescriptions générales applicables aux installations de fabrication de béton prêt à l’emploi, soumises à déclaration sous la rubrique n° 2518 de la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement) et notamment les dispositions prévues liées à la prévention des émissions atmosphériques, sonores et la gestion des eaux. En cas de non-conformités relevées, des suites administratives pourront être prises à l’encontre de la société Béton Vicat".

 

Car outre les nuisances sonores, les riverains se sont plaints de déversements d’eaux usées dans le canal qui file le long du chantier. Et de la présence de poussière. "Je vis avec les fenêtres fermées", souffle une habitante de l’avenue de l’Authion.

"Il est évident que ces travaux de reconstruction doivent être menés, tempère cette Breilloise. Mais il faut prendre en considération et respecter les riverains. Nous ne sommes pas responsables de la tempête Alex."

"Notre objectif est de veiller à trouver un équilibre, a indiqué Sébastien Olharan. Nous resterons particulièrement vigilants et mobilisés sur ce dossier." Le maire de Breil-sur-Roya était d’ailleurs sur site ce vendredi.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.