“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La notion de chef de foyer est obsolète

Mis à jour le 22/10/2018 à 05:27 Publié le 22/10/2018 à 05:27
Anne Eastwood, Haut-Commissaire à la protection des droits, des libertés et à la médiation.

Anne Eastwood, Haut-Commissaire à la protection des droits, des libertés et à la médiation. Alberto Colman

La notion de chef de foyer est obsolète

Anne Eastwood, Haut-commissaire à la protection des droits, des libertés et à la médiation, analyse l'ordonnance souveraine qui permet aux fonctionnaires de Monaco d'être cheffes de foyer

En évoquant le principe de l'égalité homme/femme, le gouvernement princier a annoncé mercredi que les femmes, fonctionnaires et agents de l'État et de la Commune, pourraient, dès le 1er janvier prochain, choisir d'être cheffe de foyer. Un statut qui permettra à quelque 530 personnes de bénéficier d'allocations familiales plus importantes. Les politiques et les syndicats ont aussitôt réagi, considérant qu'il s'agissait d'un premier pas encourageant, mais non suffisant encore. (Lire notre édition de vendredi 19 octobre, pages 2 et 3 : « Un pas vers la fin des inégalités homme-femme »).

Mais y a-t-il vraiment plus d'égalité homme/femme avec la publication de l'ordonnance souveraine ? Anne Eastwood, Haut-commissaire à la protection des droits, des libertés et à la médiation, décrypte le texte publié au Journal de Monaco et, en marge des discussions qui animent les réseaux sociaux, permet de mieux comprendre les enjeux.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.