“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Moyenne Corniche rouvrira bien ce vendredi soir

Mis à jour le 17/05/2019 à 08:29 Publié le 17/05/2019 à 08:28
La Métropole a dû s’activer pour rouvrir une partie de la route avant le Grand Prix.

La Métropole a dû s’activer pour rouvrir une partie de la route avant le Grand Prix. Photo Jean-François Ottonello

La Moyenne Corniche rouvrira bien ce vendredi soir

Suite à l’éboulement survenu fin avril, le tronçon concerné par l’incident sera rouvert à la circulation ce vendredi soir, sur une seule voie, en alternat. Mais refermera pour quelques jours début juin

Le timing était on ne peut plus serré. Parler de course contre la montre n’était en rien galvaudé tant l’échéance du Grand Prix de Formule 1 et son afflux massif de spectateurs étaient proches. Annoncée pour le 10 mai - puis reportée suite à des complications de travaux - la réouverture du tronçon de la Moyenne Corniche victime d’un éboulement dans la nuit du 24 au 25 avril est prévue pour ce soir. A 22 heures, au plus tard.

C’est officiel depuis hier et la tenue d’une énième visite de chantier. "Les délais sont tenus, se réjouit Nicolas Demartini, adjoint au directeur de subdivisions de la Métropole Nice-Côte d’Azur. Le matin, on va assurer un balayage de la chaussée et, en début d’après-midi, on testera les feux tricolores."

Courte fermeture à partir du 3 juin

Car cette réouverture se fera sur une voie, la chaussée sud, en alternat. Avant… une nouvelle fermeture provisoire dans les deux sens de circulation. "Celle-ci interviendra le 3 juin pour trois à quatre jours maximum, précise Xavier Beck, maire de Cap-d’Ail. Dans ce délai, le service des ouvrages d’art de la Métropole Nice-Côte d’Azur fera tomber une partie de l’ouvrage d’art, la plus proche du tunnel, qui les embête. Il se trouve qu’il y a encore un risque important et ils préfèrent le faire tomber."

Au moins deux mois de travaux pour reconstruire

Une nouvelle contrainte, plus courte certes, pour les usagers de la route qui, ces dernières semaines, devaient transiter par une Principauté déjà bien saturée pour rejoindre Beausoleil et l’est du département, à l’instar des automobilistes en provenance de Menton. Mais une nécessité technique pour les experts qui surveillent et sécurisent le site au quotidien depuis l’incident. Et même depuis plusieurs années, à vrai dire.

"Ce mur était suivi depuis plusieurs années et ne bougeait pas. Il l’était d’autant plus qu’en dessous il y avait la construction du tunnel Albert II. Au cours des derniers mois, il y a eu des signes de mouvement qui ont incité la Métropole à réaliser des travaux de confortement", retrace Nicolas Demartini.

Si les rapports définitifs ne sont pas encore sortis, il semblerait que les intempéries précédant l’éboulement ont eu un rôle prépondérant. Le ruissellement pouvant causer des poussées. Toujours est-il qu’après la chute de ce mur de soutènement de dix mètres de hauteur, la Métropole Nice-Côte d’Azur "a mis en place un géotextile pour éviter l’érosion par les eaux de ruissellement ainsi qu’une ligne d’ancrage pour fixer le talus." Et Nicolas Demartini de poursuivre: "On a aussi donné un profil plus stable à la partie inférieure du mur. Ce fut donc le volet de confortement et de sécurisation."

La reconstruction de l’ouvrage d’art, elle, interviendra dans la foulée de cette nouvelle (courte) fermeture. Pour une durée estimée à deux mois et demi, selon le maire de Cap-d’Ail.

C'est sur ce tronçon de la moyenne corniche à Cap d'Ail que se déroulent les prochains travaux
C'est sur ce tronçon de la moyenne corniche à Cap d'Ail que se déroulent les prochains travaux Photo JFO

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct