“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La mémoire de la doyenne de la Principauté honorée

Mis à jour le 06/01/2018 à 05:04 Publié le 06/01/2018 à 05:04
Julia était née le 22 juillet 1914 dans la maison parentale de la rue Comte-Félix-Gastaldi.

Julia était née le 22 juillet 1914 dans la maison parentale de la rue Comte-Félix-Gastaldi. DR

La mémoire de la doyenne de la Principauté honorée

Décédée à l'âge de 103 ans, Julia Marquet n'avait jamais quitté son Rocher natal. Mère dévouée et femme affable, elle avait épousé le futur conseiller national, Jean-Jo Marquet, en 1934

À la cathédrale, sur le Rocher, un office religieux vient d'être célébré à la mémoire de Julia Marquet. Outre le souvenir d'une femme affable et bienveillante, toujours prête à dispenser quelques mots de gentillesse ou de réconfort aux personnes qu'elle croisait encore sur sa Roca, peu de gens ont eu connaissance de son titre de doyenne des Monégasques.

Julia, qui a quitté la terre de ses ancêtres le 17 août dernier, était née sur le Rocher le 22 juillet 1914, dans la maison de ses parents. Une bâtisse sise au 34 de la rue Comte-Félix-Gastadi. Il est bon de rappeler également que sa mère, née Noélie Aureglia, était issue, elle aussi, d'une vieille famille monégasque. En revanche, son père Charles Savelli, était de Corbara, en Corse. Elle avait un frère, Laurent Savelli, et une sœur, Marinette, veuve du regretté Félix Bernamonti.

5 petits-enfants et 8 arrière-petits-enfants

Dès son enfance, Julia avait fréquenté le pensionnat des Dames de Saint-Maur où rigueur, obéissance et enseignement d'exception s'articulaient pour magnifier la référence de cet institut religieux. À l'issue de ses études, la jolie demoiselle épousait, en 1934, le jeune et brillant Jean-Jo Marquet. Un homme vertueux, également issu d'une vieille famille monégasque. Beaucoup de personnes de la Principauté se souviennent encore de celui qui fut, quarante ans durant, conseiller national, et pendant vingt ans l'adjoint au maire de l'époque en charge des Sports.

De cette union, deux filles sont nées : l'aînée Marie-Thérèse, huissier de Justice et l'épouse de Me Didier Escaut, avocat-défenseur ; la seconde Marie-Jeanne, veuve de M. Jean-Marie Courtin, inspecteur principal de police.

Julia ne cachait jamais sa joie d'être la grand-mère de cinq petits-enfants, l'arrière-grand-mère de huit arrière-petits-enfants, dont l'aînée est aujourd'hui âgée de vingt-six ans et les plus jeunes viennent d'avoir dix-sept ans.

On comprendra et partagera l'émotion, au cours de l'office célébré à la cathédrale, des nombreuses personnes qui avaient apprécié Julia, au temps de ces rencontres sur le Rocher. Un Rocher qu'elle n'avait jamais quitté.

Chacun avait voulu par sa présence renouveler l'hommage à une mère de famille dévouée qui s'est occupée avec bienveillance de ses filles, de ses petits-enfants et de ses arrière-petits-enfants.

Un exemple !


La suite du direct