Rubriques




Se connecter à

La mairie pour la protection des bâtiments remarquables

Mardi soir, le conseil communal a adopté la création d'une liste complémentaire de constructions remarquables, dans le cadre du projet de loi sur le patrimoine

A. Ma. Publié le 25/02/2016 à 05:06, mis à jour le 25/02/2016 à 05:06
Le conseil communal s'est réuni mardi soir en séance extraordinaire.
Le conseil communal s'est réuni mardi soir en séance extraordinaire. A. Ma.

Express et unanime. Réuni en session extraordinaire, mardi soir, le conseil communal a adopté le projet de modification réglementaire de l'ordonnance souveraine n° 4.482 du 13 septembre 2013. Outre des réflexions d'urbanisme, l'assemblée soutient, dans ce cadre, le renforcement de la protection du patrimoine bâti. Protection qui passe par l'inscription de constructions supplémentaires à la liste des sites répertoriés comme remarquables.

« Un projet de loi relatif à la préservation du patrimoine national a été déposé au Conseil national [en décembre 2011] et renvoyé pour examen devant la Commission "Culture et Patrimoine". Ce texte instaure un régime de conservation et de protection du patrimoine national, rappelle l'adjoint François Lallemand. Dans l'attente du vote éventuel de cette loi, une liste complémentaire de bâtiments remarquables à repérer est proposée. »

Sélectionnés par la direction de la Prospective, de l'Urbanisme et de la Mobilité pour des raisons historiques, architecturales, techniques ou symboliques, une vingtaine de bâtiments ou certains de leurs éléments sont ainsi proposés.

 

De la Belle Époque à nos jours

Parmi les villas Belle Époque, dix bâtiments sont cités. Les façades Est, Ouest et Sud-Ouest de la Villa Belgica, notamment, au 2 avenue de Grande-Bretagne, qui remonte au moins à 1899. La Villa Les Dômes également, au 2 rue des Lilas, construite à la fin du XIXe siècle. Ou la verrière de l'Hôtel Hermitage, dont la façade est déjà classée.

Des immeubles des années 30-40 sont aussi listés. La Casa Mia, par exemple, 5 avenue de La Costa, qui a failli disparaître à la fin des années 50. Ou le Palais provençal, conçu par Philippe Gamba dans un style Art déco.

Pour la période moderne, la liste complémentaire cite la Palais Héraclès, quai Antoine-Ier, que l'on doit à Ginsberg, Masse, Fissore et Notari. Ou Le Roccabella, 24 avenue Princesse-Grace.

 

Un bâtiment de la période contemporaine est également cité dans cette liste présentée mardi soir au conseil communal : le Sporting d'Eté, 26 avenue Princesse-Grace. Dessiné en 1961 par Henry Pottier, Philippe Godin et Michel Chiappori, il a été inauguré en 1974 et modifié en 2000.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.