“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La gare de Beaulieu avant sa constitution en commune en 1891.

Beaulieu se souvient...

Au plus fort de la fréquentation touristique, cet été place du Casino, la modification des axes de circulation avait créé quelques remous.

Piétonnisation de la place du Casino : c'est fini !

Christophe Viret aux côtés du maire, André Ipert et de la conseillère régionale, Laurence Boetti-Forestier.

Le directeur du parc du Mercantour en visite à Breil

Le cirque «Eurasia» fait son grand retour à Menton à partir d'aujourd'hui.
	(DR)

C'est le retour du cirque Eurasia à Garavan

L'ASRCM s'impose à Valbonne (1-3)

La Guerre expliquée en Mentonnais aux collégiens

Mis à jour le 07/04/2018 à 05:14 Publié le 07/04/2018 à 05:14
Durant la classe d'occitan-langue d'oc du collège Maurois, Solange Mongondry a évoqué (en mentounasc) la Seconde Guerre mondiale à Menton.	(DR)

La Guerre expliquée en Mentonnais aux collégiens

Retrouvez come chaque samedi, la rubrique d'art et d'histoire du pays Mentonnais

Pour grandir, nous avons besoin de racines. Et si nous ne connaissons pas notre futur, nous connaissons peu notre passé. D'autant plus qu'il a été vécu en langue mentonnaise ! En temps de paix comme de guerre, il y a quelques décennies, la majorité de la population parlait mentonnais. Et le français était encore minoritaire.»

Une interview en deux parties

Solange Mongondry-Barberis est venue au collège Maurois de Menton voir les élèves de la classe de niveau 6e, 5e, 4e et 3e d'Occitan pour parler en mentonasque. C'était une interview en deux parties, menée par...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct