“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La grogne des Italiens contre l’arrêté anti poids lourds dans la Roya Les 150 ans du chemin de fer Des aides pour l’électrique

Mis à jour le 04/01/2020 à 10:01 Publié le 04/01/2020 à 10:01
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La grogne des Italiens contre l’arrêté anti poids lourds dans la Roya Les 150 ans du chemin de fer Des aides pour l’électrique

L’arrêté anti poids lourds pris par les cinq maires de la Roya ne passe toujours pas côté italien, où les transporteurs s’estiment lésés.

L’arrêté anti poids lourds pris par les cinq maires de la Roya ne passe toujours pas côté italien, où les transporteurs s’estiment lésés. Guido Rossi, secrétaire général du groupement Astra Cuneo, assure que cette décision a eu un impact financier négatif. « Nous avons besoin de plus d’essence et d’un temps de trajet plus long pour les livraisons. Il faut aussi respecter le temps de pause des chauffeurs. C’est un vrai casse-tête pour nous. » Si le groupement a été débouté concernant la forme de l’arrêté, le fond doit encore être jugé. Mais dans la Roya, où les effets positifs de la mesure se font sentir, élus et habitants n’ont aucune intention de remettre en cause l’arrêté. Début décembre, le maire de Cuneo (également président de la province éponyme), Federico Borgna, a alimenté le bras de fer en adressant un courrier au président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, afin de lui demander de suspendre l’arrêté. Au motif que les intempéries et les éboulements qu’a essuyés l’Italie voisine a mis sa province dans une situation de « quasi-isolement ».

C’était il y a 150 ans. Le 18 novembre 1869, la section de 19 kilomètres reliant Monaco à Menton par le train est (enfin) réceptionnée. Les installations sont conformes. La compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) va pouvoir commencer l’exploitation du tronçon. Le premier train n’entre sur le territoire mentonnais que le 6 décembre 1869. La section internationale entre Menton et l’Italie est mise en service deux ans après, retardée par la guerre de 1870. Les années suivantes vont voir l’arrivée des premières voitures-lits entre Paris et Menton. Le train couvre alors la distance en 20 heures. Puis, vont être introduites les voitures-buffet-salon. Les riches hivernants européens - à commencer par les Britanniques - font alors de Menton leur destination privilégiée.

Pour cet anniversaire peu commun, l’historien de Menton Jean-Claude Volpi et le spécialiste de l’histoire des chemins de fer Michel Braun ont réuni nombre de documents et organisé des expositions à Menton et à Roquebrune. En plus d’un numéro spécial du magazine Ou Pais Mentounasc.

Après Menton, c’est au tour de la Carf (Communauté de la Riviera française) de donner un coup de pouce aux citoyens qui souhaiteraient acquérir un vélo électrique. Aux ménages du territoire communautaire qui en feraient la demande, l’interco offre ainsi, depuis 2019, la possibilité d’obtenir une aide à l’achat d’une bicyclette à assistance (neuve), à hauteur de 150 euros. Cette dernière est accordée par foyer et s’adresse à des personnes ayant leur résidence principale sur l’une des communes de la Carf. Aucun plafond de ressources n’est en revanche exigé.

« Ce soutien se rajoute à celui que certaines communes offrent déjà, comme c’est le cas à Menton, qui accorde le même montant » précisait le maire et président de la Carf, Jean-Claude Guibal. Dans le même esprit, les agents territoriaux se déplaçant à l’intérieur de leur commune et n’ayant pas de charge à porter ont également été équipés d’un vélo à assistance électrique.

Une mesure qui s’ajoute au déploiement, tout le long de l’année, de bornes de recharge pour véhicules électriques (deux ou quatre roues), accessibles au public sur l’ensemble du territoire. Un pas de plus vers une ville sans moteur...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.