“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une navette autonome sans chauffeur testée à Nice

Mis à jour le 16/01/2021 à 08:31 Publié le 15/01/2021 à 20:39
Le vehicule sans chauffeur peut accueillir six personnes et rouler jusqu'à 50 km/h. Il sera mis en fonction en 2022.

Le vehicule sans chauffeur peut accueillir six personnes et rouler jusqu'à 50 km/h. Il sera mis en fonction en 2022. Photo Sébastien Botella

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Une navette autonome sans chauffeur testée à Nice

Ce vendredi, l'Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable a présenté à La Baronne un véhicule sans chauffeur qui desservira, à partir de 2022, la zone industrielle de Carros-La Gaude. Il a déjà été testé sur les routes de la Métropole Nice-Côte d'Azur.

Comme d’autres métropoles françaises, Nice planche sur les navettes autonomes. Des véhicules 100% électriques pilotés par une intelligence artificielle. L’Institut méditerranéen du risque, de l’environnement et du développement durable (Imredd) a présenté ce vendredi matin l’une de ces machines à Nice.

Ce cube bleu déstructuré a une autonomie de 150 km. Il peut transporter six personnes et rouler jusqu’à 50 km/h sur du plat, comme en pente. "C’est la seule navette qui en est capable, se félicite le président du groupe Milla pod, Frédéric Mathis. Elle permettra de relier les villages ruraux aux zones d’activités"

Mais pas pour tout de suite

Le véhicule intelligent doit encore récolter des données sur le terrain. "Il faut scanner les routes pour prédéterminer certains parcours ", a donné pour exemple le constructeur automobile. "On doit faire évoluer la sécurité de la navette pour qu’elle puisse capter toutes les données: les double-files, les vélos qui grillent les feux rouges… a rajouté le président de l’Imredd, Pierre Jean Barre. Des aménagements sont aussi à prévoir à La Baronne."

La navette ne devrait fonctionner qu’en 2022 sur la zone industrielle de Carros-Le Broc. "On commencera à offrir ses services pour voir si ce transport correspond aux besoins des usagers, poursuit ce dernier. Elle sera sécurisée par un chauffeur et fonctionnera soit par horaires, soit à la demande à l’aide d’une application."

Une fois l’expérimentation terminée, ce sera à la Métropole de trancher si oui ou non elle investit dedans. Mais à en croire son président, Christian Estrosi, "ce projet va occuper une place importante dans le paysage de la mobilité nouvelle" du territoire. Et participer à la décarbonisation totale de son réseau de transport d’ici 2025.

Pourquoi ce sera à La Baronne ?

Fin 2018, la zone industrielle de Carros-Le Broc a été retenue comme territoire pilote du dispositif gouvernemental "Territoires d’industrie ". L’expérimentation de navettes autonomes faisait partie des actions dédiées à la mobilité. Le 14 février 2020, la Métropole, l’Imredd, le CAIPDV, la Banque des territoires et la Région sud ont signé une convention pour lancer ce projet à 482 000 euros, selon l’Imredd.

"La zone industrielle de Carros compte 9000 usagers, a indiqué le président de l’Imredd, Pierre-Jean Barre. 82% d’entre eux se déplacent en voiture" Marc Raiola, président du Club des entreprises Carros Le Broc (CAIPDV) ajoute: " Nous avons une quinzaine d’entreprises qui sont en multisites. D’un site à l’autre, elles doivent prendre la voiture pour se déplacer. 

Le véhicule autonome pourrait changer la donne pour les "11,7 milliers de salariés" qui travaillent dans la zone. Il leur permettrait notamment de faire la liaison entre d’autres moyens de transports en commun (tram, train, bus) et limiter les déplacements en voiture.

Ce qui a été fait ailleurs

Nice n’est pas la seule ville à avoir tenté l’expérience en Méditerranée. Une navette autonome a été testée l’été 2019 à Monaco. Elle roulait entre 15 et 20 km/h et transportait principalement des touristes. L’essai a été concluant mais n’a pas donné suite. De nouvelles tentatives pourraient intervenir en 2021 avaient laissé entendre, en février, Frédéric Genta, délégué interministériel en charge de la transition numérique.

Après un premier test en 2016, Sophia Antipolis remet le couvert. La ville a remporté en avril 2019 l’un des seize projets d’expérimentation de véhicules autonomes lancés par l’Etat. L’année suivante, deux navettes auraient dû être mises en circulation pour assurer la liaison entre le terminus du bus-tram et les entreprises de la technopole. Pour une durée de six mois, une fois la livraison du bus-tram. Problème : la pandémie a retardé les travaux. Et donc, l’expérimentation des véhicules autonomes.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.