“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La fédération de pêche livre ses objectifs au Monaco Press Club

Mis à jour le 01/02/2018 à 05:10 Publié le 01/02/2018 à 05:10
Guillaume Benoit, David Gamba et Patrice Garziglia, invités du Monaco Press Club hier matin.

Guillaume Benoit, David Gamba et Patrice Garziglia, invités du Monaco Press Club hier matin. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La fédération de pêche livre ses objectifs au Monaco Press Club

Ils sont pêcheurs depuis gamins.

Ils sont pêcheurs depuis gamins. Et viennent de relancer la fédération de pêche en mer de Monaco, qui était en sommeil depuis 1991. David Gamba et Guillaume Benoit étaient les invités, hier matin, du Monaco Press Club pour détailler les actions à venir.

« On pratique la pêche depuis l'enfance. Avec Guillaume, on avait onze ans, on s'est rencontrés sur la digue, il faisait froid, on ne savait pas pêcher, mais on était contents », raconte David Gamba, 27 ans, qui préside la fédération. Content de l'avoir relancée depuis mars 2017.

Protéger les thons rouges

Moins d'un an et les deux garçons se sont déjà activés pour leur objectif : « redorer le blason de la pêche en Principauté ». Leur pratique à eux - catch and release - consiste à capturer des poissons et les relâcher ensuite à l'eau.

Une pêche en totale relâche, avec un matériel spécial, à laquelle ils entendent aujourd'hui donner une portée environnementale.

Dans la lignée de la protection du thon rouge de Méditerranée, la fédération compte agir sur cette espèce en balisant certains poissons pêchés pour pouvoir suivre leur parcours et protéger leur zone de vie.

En ce sens, la fondation Albert II, séduite par l'idée, leur a alloué une subvention pour acquérir quatre balises satellites (4 000 euros pièces) et d'autres plus conventionnelles pour traquer le thon rouge, dont 90 % naissent en Méditerranée et certains, via Gibraltar, remontent jusqu'aux côtes nord-américaines.

L'association compte pour l'heure une vingtaine de membres. Et ne demande qu'à se développer. Première réunion publique le 17 février, au Stardeck.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.