“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La F2SM poursuit sa croissance et devient centre de formation en droit

Mis à jour le 04/02/2020 à 14:33 Publié le 04/02/2020 à 11:25
Cédrick Lanari et ses équipes assurent un développement « solide et pérenne » de la F2SM.

Cédrick Lanari et ses équipes assurent un développement « solide et pérenne » de la F2SM. Jean-François Ottonello

La F2SM poursuit sa croissance et devient centre de formation en droit

De plus en plus, la Fédération des syndicats des salariés de Monaco, s’impose dans le paysage des partenaires sociaux de la Principauté

De plus en plus, la Fédération des syndicats des salariés de Monaco (F2SM), s’impose dans le paysage des partenaires sociaux de la Principauté.

Sur un terrain déjà occupé depuis longtemps par l’Union des syndicats de Monaco, ils font leur place : "Aujourd’hui, nous rentrons dans une nouvelle entreprise tous les deux ou trois mois. Nous avons toujours des discussions en cours quelque part. Nous sommes tous bénévoles et nous nous développons de manière solide et pérenne", promet Cédrick Lanari, le président réélu de la F2SM.

Ils prennent de l’ampleur et étoffent leur activité. En plus de leur présence à la table des négociations pour le travail de nuit, l’intérim ou le travail le dimanche, ils ont décidé d’aider leurs adhérents dans la connaissance des textes. Nul n’étant censé l’ignorer la loi, la F2SM devient centre de formation pour le diplôme universitaire de droit monégasque.

Toujours au rayon juridique, Cédrick Lanari et ses équipes souhaitent une modification de la loi 416 : "Selon cette loi, seuls les syndicats qui ont participé à la création d’une convention collective peuvent participer à sa modification. Ce qui nous exclut d’office." Un souhait qui se heurte, pour l’heure, à un refus des autorités.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.