“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La doyenne Yvonne Imbert souffle ses 104 bougies

Mis à jour le 13/10/2018 à 05:21 Publié le 13/10/2018 à 05:20
Yvonne Imbert a fêté ses 104 printemps.

Yvonne Imbert a fêté ses 104 printemps. L. B.

La doyenne Yvonne Imbert souffle ses 104 bougies

Selon le listing du Centre communal d'action sociale, Yvonne Imbert, née le 11 octobre 1914 à Paris, serait la doyenne de Roquebrune-Cap-Martin.

Selon le listing du Centre communal d'action sociale, Yvonne Imbert, née le 11 octobre 1914 à Paris, serait la doyenne de Roquebrune-Cap-Martin. Et, figurez-vous que cette demoiselle a fêté, jeudi, ses 104 ans au sein de l'Ehpad Orpea Les Citronniers dans le quartier de Carnolès.

« Ma maman a eu deux enfants, moi-même et Michel mon frère », expliquait Agnès, la fille d'Yvonne. Et d'ajouter : « Elle compte quatre petits-enfants et sept arrière-petits-enfants ! »

Pour cet anniversaire, Patrick Césari, le maire, a débouché le champagne en compagnie de Marie-Paule Gérard, la directrice de l'établissement. Il faut savoir qu'Yvonne est arrivée dans le bassin mentonnais « juste après la guerre, en 1946 », soulignait encore sa fille. Professionnellement parlant, elle a exercé en tant que sage-femme au sein de l'hôpital Saint-Roch à Nice. Enfin, et surtout, il faut savoir qu'Yvonne a été la femme de Charles Imbert qui fut maire de Roquebrune-Cap-Martin entre 1977 et 1982, et avocat de profession. Le mot de la fin revenait naturellement à Agnès qui se réjouissait de savoir que sa maman « adore participer aux activités artistiques mais aussi aux ateliers d'activités physiques adaptées ». Même à 104 ans, la forme c'est important !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct