“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La crème des entrepreneurs

Mis à jour le 26/12/2018 à 12:54 Publié le 18/12/2018 à 12:54
Maxime Douce est vice-président de la JCE, en charge de  l'entrepreunariat.

Maxime Douce est vice-président de la JCE, en charge de l'entrepreunariat. JCEM

La crème des entrepreneurs

Pour la première fois, ce soir au Grimaldi Forum, la Jeune chambre économique de Monaco organise les Trophées de l'entrepreneuriat, primant ainsi les lauréats de ses quatre programmes

Une soirée de gala pour récompenser ceux qui rêvent un jour de monter leur propre business. Pour couronner ceux qui osent. Qui prennent des risques, malgré une conjoncture économique pas toujours propice. Pour la première fois, ce soir dès 18 heures au Grimaldi Forum, la Jeune Chambre Économique de Monaco organise les Trophées de l'entrepeunariat. Une formule qui change d'ordinaire. « Anciennement, on organisait uniquement la remise des prix du Concours Création d'entreprise. Il était dommage de ne pas mettre à l'honneur l'ensemble des lauréats de nos quatre programmes », confie Maxime Douce, vice-président de la JCE, en charge de l'entrepreunariat.

« Un point sur ce que sont devenus les gagnants »

Car l'organisation accompagne tout type de projet, quel que soit son état d'avancement, quand bien même il n'est, pour l'heure, qu'une vague idée dans le creux de la tête.

Sur scène, d'abord, on retrouvera les lycéens primés dans le cadre de Graine d'entrepreneur. Une journée durant, ces jeunes ont monté une entreprise factice avec préparation d'un business plan. Sous l'œil avisé de mentors locaux, chacun avait sa responsabilité dans le montage du projet. Du fond mais aussi de la forme avec un atelier apprécié de prises de parole.

Étape numéro 2, la Startup Weekend. Ou comment passer de l'idée au concret. Durant un week-end, dix idées sélectionnées ont été développées par équipe de huit à dix personnes. Da s chaque équipe, des compétences techniques et commerciales mais aussi des profils financiers ont été mis à contribution. « ça ne veut pas forcément dire que l'entreprise sera créée. Mais ça peut susciter des vocations, ça peut permettre de tester une idée. D'ailleurs, ce soir, on prendra des nouvelles, on fera un point sur ce que sont devenus le gagnants depuis le début de l'année », poursuit Maxime Douce.

Primes du gouvernement

Troisième catégorie, le concours Création d'entreprise. « Là, c'est le coup de pouce au démarrage de la société. Les personnes ont présenté leur business model à un jury de professionnels qui va déterminer si le projet est viable pour la Principauté. Il y a des projets qui n'ont pas leur place à Monaco car ils demandent trop d'espaces. » Les lauréats, connus ce soir, rafleront des primes gouvernementales oscillant entre 5 000 et 40 000 euros.

Enfin, on connaîtra les gagnants du programme Get in the Ring. « Là, la société est déjà créée, elle génère du chiffre d'affaires. C'est un accompagnement des entrepreneurs vers la levée de fonds. On les forme et coach pour présenter leur projet efficacement devant un investisseur. Ils ont débattu contre d'autres projets sur un ring », poursuit Maxime Douce.

En récompensant les têtes pensantes, en les accompagnement à tous niveaux, la JCEM se positionne « comme un vecteur de l'entrepreunariat à Monaco ». Et veut même aller plus loin en planchant sur un livre blanc, nourri par ceux qui œuvrent quotidiennement sur le terrain. En bref, dresser un constat de la création d'entreprises à Monaco. Sur ce qui fonctionne mais aussi sur ce qui reste à améliorer.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct