“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La composition unique Du temporaire pour les petits Le récit en version polynésienne

Mis à jour le 02/04/2018 à 05:15 Publié le 02/04/2018 à 05:15
Anthéa ne réalise que des compositions uniques.

La composition unique Du temporaire pour les petits Le récit en version polynésienne

Les tatoueuses sont de plus en plus nombreuses.

Les tatoueuses sont de plus en plus nombreuses. Anthéa a plongé dans cet univers depuis un peu plus de quatre ans en s'installant à La Trinité. « J'ai toujours apprécié, le tatouage, avoue-t-elle, mais j'étais autodidacte et je me suis formée afin d'en faire mon métier ». Anthéa s'accorde « une totale liberté dans la création des projets », mais s'impose une règle : « Seulement des modèles uniques ». Sur son stand elle travaillait hier à une composition choisie avec Élodée : « C'est un mandala ornemental, on y distingue une montre de gousset, une cigogne ».

C'est le tatouage ludique, éphémère car il s'effacera au bout de 3 à 7 jours grâce à l'encre cosmétique enduite avec un pochoir. Du coup, le stand de Drago et Marine a eu un beau succès auprès des enfants, Nina et son frère Giovanni ont eu le droit de choisir l'un des 320 modèles proposés. Le lion a toujours un beau succès. Mais les personnages remis au goût du jour plaisent beaucoup. Drago a noté « le retour de Dark Vador et de Pokémon » condamnés à une fin rapide

Thierry Manao a son port d'attache à Ollioules. Mais il lève l'ancre souvent pour naviguer vers les rivages des Marquises, de la Polynésie, d'Hawaï et des Fidji. Le tatouage va forcément naître dans l'éclair d'une rencontre.

Pour Carlos, c'est dans son travail qu'il a croisé des Polynésiens : « J'étais curieux de connaître la signification de leurs tatouages qui raconte leur histoire ». Le récit qu'il a voulu faire est désormais inscrit sur son bras. « Je ne le montre pas, c'est très personnel et je l'ai vraiment fait faire par Thierry pour moi. On y a la famille, les enfants, le couple ».

Le tatoueur a acquis cette langue et dispose de signes, de symboles pour réaliser des compositions indéchiffrables pour un non-initié et superbement graphiques. « C'est toujours une histoire qui est racontée et c'est le tatouage marquisien qui dispose du vocabulaire symbolique le plus vaste », glisse-t-il depuis sa forêt de signes.

Pochoir et encre cosmétique temporaire pour les jeunes amateurs.
L'histoire de Carlos dessinée selon les codes polynésiens.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct