“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La collection Vérité dépasse le million d’euros

Mis à jour le 13/10/2019 à 10:05 Publié le 13/10/2019 à 10:05
Salle comble hier quai Antoine-1er.

Salle comble hier quai Antoine-1er. Jean-François Ottonello

La collection Vérité dépasse le million d’euros

Il n’y aura plus rien après.

Il n’y aura plus rien après. Tout le reste de la collection archéologique a été mis en vente. » L’experte Bianca Massard avait prévenu, la vacation dédiée à la collection archéologique de Claude & Jeanine Vérité serait la dernière du genre. Un an et demi après le décès du marchand d’art, ses enfants avaient ainsi tenu à être en salle, hier à l’Hôtel des Ventes de Monte-Carlo, pour dire adieu aux quelques deux cents objets adjugés.

Sous les voûtes du quai Antoine-1er, l’esprit de chineur de Claude Vérité a largué les amarres pour rejoindre les vitrines d’autres férus d’Égypte ancienne ou d’époque gréco-romaine. Des reliques antiques dont les estimations étaient volontairement basses. « Ce qui s’explique principalement par ce désir de céder la collection. Qu’elle aille, on l’espère, chez des collectionneurs privés pour que ça se perpétue », notait Bianca Massard avant les premiers coups de marteaux.

De belles envolées

Des adjudications homogènes ponctuées de quelques coups d’éclat, notamment pour trois pièces. Le lot 18 a été le premier à faire frémir l’assistance. Une statue en bronze patine vert foncé d’Isis Lactans, de la XXVIe Dynastie d’Égypte, a ainsi atteint les 52 000 euros au marteau contre une estimation haute à 10 000 euros.

Une tête votive royale de 24 cm, représentant un jeune homme de la période ptolémaïque, a, elle, trouvé preneur à 40 000 euros contre une estimation haute de 8 000 euros.

Enfin, une petite statuette de Vénus Anadyomène, de l’art romain du Ier-IIe siècle, s’est arrachée 30 000 euros contre une estimation haute à 6 000 euros.

Des envolées accompagnées de belles batailles d’enchères, en salle comme au téléphone, entre des collectionneurs venus de loin pour certains et qui avaient bien pris le soin de repérer les lots durant la semaine d’exposition. Les amulettes chères à Jeanine Vérité se sont aussi arrachées comme des petits pains, certaines pour quelques milliers d’euros.

« Les estimations ne sont pas révélatrices de la valeur intrinsèque des pièces, il faudra mieux se fier aux résultats », confiait Bianca Massard. Le produit final de la vente (frais compris), supérieur au million d’euros, atteste de l’engouement pour l’estampille Vérité.

« Une évolution artistique dans les civilisations »

Des pièces plutôt bien conservées, notamment d’inhabituels masques funéraires en plâtre de la période romaine, n’ont fait que confirmer l’engouement pressenti. « Les époux Vérité ont collectionné des typologies d’objets par civilisations, un peu de chaque période, c’est intéressant car on peut voir une évolution artistique dans les civilisations », justifie l’experte qui révèle supplément d’âme de ce catalogue dont elle a mené la succession à la demande du défunt.

« Jeanine a eu un accident de santé il y a quelques années et la collection, pour Claude, c’était l’histoire de leur vie privée. Il n’était pas vendeur », confie Bianca Massard à l’évocation de pièces qui trônaient toute dans la demeure familiale de la banlieue parisienne.

Un héritage trop lourd pour les enfants du couple Vérité, d’où la décision de Claude, au crépuscule de sa vie, de commencer à l’éparpiller sur le marché des enchères. Jusqu’à cette dernière heure de Vérité monégasque.

Thomas MICHEL


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.