“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La bibliothèque Caroline rentre dans le giron communal à Monaco

Mis à jour le 25/01/2019 à 10:06 Publié le 25/01/2019 à 10:05
La bibliothèque jeunesse compile pas moins de 12.000 livres et documents.

La bibliothèque jeunesse compile pas moins de 12.000 livres et documents. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La bibliothèque Caroline rentre dans le giron communal à Monaco

La mairie a pris au 1er janvier en charge la gestion de la bibliothèque et ludothèque dédiées à la jeunesse. Une manière d’uniformiser l’offre pour la future médiathèque

L’affaire aura pris quelques années mais elle est désormais actée. Depuis le 1er janvier, la bibliothèque Princesse Caroline, dédiée à la jeunesse, et la ludothèque ont intégré dans leurs statuts la médiathèque de Monaco. Rendant homogène cette offre culturelle.

Dans les textes, la mairie a en charge la gestion de la bibliothèque Louis-Notari et ses antennes. La direction de l’Éducation nationale, elle, administrait la bibliothèque Princesse Caroline.

Depuis le 1er janvier donc, l’ensemble des établissements sont dans le giron communal. "Les cinq salariés de la bibliothèque Princesse Caroline et de la ludothèque étaient fonctionnaires de l’État, ils deviennent fonctionnaires de la commune, ce qui ne change rien à leur statut", précise Françoise Gamerdinger, adjointe au maire, déléguée à la Culture qui a œuvré pour cette symbiose.

Dès les premiers jours de janvier, les grandes œuvres ont été lancées dans les bibliothèques pour harmoniser les collections et intégrer numériquement les 12.000 documents de la bibliothèque jeunesse aux 450.000 que compte la médiathèque.

"Un lieu de vie, pas un lieu de prêt"

Pour le public, rien ne change ou presque. Il s’agit simplement de renouveler sa carte d’abonné – qui demeure gratuite – pour accéder au nouveau système. Physiquement, la bibliothèque Princesse Caroline demeure voisine du théâtre des Variétés. Elle sera sous le même toit que la médiathèque le jour où le bâtiment, en cours de réflexion, sera livré sur le terrain de l’îlot Rainier-III.

Un projet sur lequel l’équipe, aujourd’hui augmentée de la médiathèque (28 salariés au total), travaille activement. "Nous ne sommes pas un lieu de prêt, mais un lieu de vie, c’est que ce sera ce futur établissement", commente Françoise Gamerdinger.

En chiffres, la médiathèque compte 5.000 inscrits, auxquels s’ajoutent les 2.000 détenteurs de carte de la partie jeunesse, désormais intégrée.

"À court terme, notre objectif pour la bibliothèque Princesse Caroline est de relancer les rencontres et les soirées, créer du lien entre les générations et inciter les jeunes, une fois qu’ils n’ont plus l’âge de venir à la bibliothèque jeunesse, de garder leurs habitudes à bibliothèque Louis-Notari", promet Béatrice Novaretti, qui dirige la médiathèque.

Et elle connaît bien son dossier, elle a dirigé la bibliothèque Princesse Caroline de 1997 à 2007, avant de prendre la tête de la médiathèque. Et aujourd’hui de chapeauter les deux.

La boucle est bouclée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.