“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La bibliothèque a lancé le Printemps des poètes

Mis à jour le 09/03/2017 à 05:24 Publié le 09/03/2017 à 05:24
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La bibliothèque a lancé le Printemps des poètes

Menton

Quoi de plus approprié qu'une bibliothèque pour accueillir le premier événement du « Printemps des poètes » à Menton ? En partenariat, comme chaque année, avec le conservatoire.

Dans le hall de l'Odyssée, hier, les élèves de la classe de théâtre de Lucien Rosso ont déclamé divers poèmes respectant en tous points le thème de l'année : l'Afrique. Ou plutôt les Afriques. Des poètes les plus connus - Césaire, Senghor - aux plus confidentiels - Awad, Francis Bebey, Véronique Tadjo, Birago Diop, Eva Bezwoda, Chris Van Wyk, Gchina Mhlophe ou encore Johann de Lange - c'est à une découverte d'une autre forme de littérature que chacun d'entre eux a invitée. Invitation au voyage…

« La poésie africaine peut nous paraître surprenante, à nous, occidentaux, mais elle est bien souvent sublime », souligne le professeur d'art dramatique. Insistant sur le fait que de tels textes n'ont « rien à voir avec du Claudel ou du Lautréamont, même si les poètes de la négritude les admiraient ».

Dans le public, des Mentonnais de tous âges écoutent attentivement. Battent au contraire la mesure quand les jeunes choristes de la classe de Mélodie Mariette interprètent des chants traditionnels africains. Voix d'anges et percussions unies dans une même poésie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.