“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’UPAW remet 25 000 euros à la Fondation Prince Albert II

Mis à jour le 17/10/2019 à 10:21 Publié le 17/10/2019 à 10:21
Les organisateurs ont reversé l’argent de la vente aux enchères des œuvres  réalisées au cours du festival.	(DR)

L’UPAW remet 25 000 euros à la Fondation Prince Albert II

Fruit de la troisième édition qui s’est tenue en juin dernier, l’Urban Painting Around the World (UPAW) vient de remettre un chèque de 25 000 euros à la Fondation Prince Albert II de Monaco.

Fruit de la troisième édition qui s’est tenue en juin dernier, l’Urban Painting Around the World (UPAW) vient de remettre un chèque de 25 000 euros à la Fondation Prince Albert II de Monaco. Une somme qu’Alberto Colman, créateur et organisateur de l’événement, et Willem Speerstra, directeur artistique, ont pu recueillir après une vente aux enchères des œuvres réalisées cette année.

Au casting, Mina Hamada (Japon), Simoni Fontana (Grèce), L’Atlas et Dave Baranes (France), Sabek (Espagne), les frères The Low Bros (Allemagne), Dario Vella (Italie) et Beli, et Mr OneTeas (Monaco) ont développé des œuvres urbaines sur la thématique des animaux en voie de disparition.

L’argent de cette vente, ira d’ailleurs, par le biais de la fondation, contribuer à la réalisation du projet pour la sauvegarde des chimpanzés en Ouganda.

En 2020, les organisateurs de l’UPAW ont promis une quatrième édition de ce street festival, sur le thème de la planète et ses couleurs, à laquelle une dizaine d’artistes internationaux devraient prendre part.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.