“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'origine de ma carrière ? Une place à 5 francs sur les marches du Parvis

Mis à jour le 02/08/2018 à 05:27 Publié le 02/08/2018 à 05:26

L'origine de ma carrière ? Une place à 5 francs sur les marches du Parvis

C'est ainsi que Christophe Rousset, enfant de Menton, est devenu l'un des meilleurs musiciens baroques européens

Il y a un demi-siècle, le Festival de musique proposait aux enfants de Menton des places à 5 francs sur les marches de l'église Saint-Michel, en contrebas de la scène.

Une année, un garçon de 7 ans, qui venait passer chaque été ses vacances chez sa grand-mère à Menton, décida par curiosité de retirer 5 francs de sa tirelire pour s'offrir une place au festival.

Un choc. Un éblouissement. L'émerveillement de la découverte de la musique classique. L'enfant deviendrait musicien !

Ça tombait bien, la grand-mère - qui appartenait à la famille de la menuiserie Bosio, aujourd'hui disparue - avait un piano chez elle. Une vingtaine d'années plus tard, l'enfant était devenu l'un des clavecinistes et chefs d'orchestre baroques les plus prisés en Europe.

Ce chef d'orchestre dirigeait le concert de mardi soir sur le Parvis Saint-Michel : Christophe Rousset.

Au milieu du public se trouvaient ses parents qui, depuis plusieurs années, se sont retirés à Menton.

Les cinq mètres de distance qui séparaient les marches d'escalier où il était assis, enfant, et le centre de la scène où il se trouvait mardi, symbolisaient le parcours d'une carrière réussie.

Christophe Rousset avait devant lui, mardi, l'orchestre des « Talens lyriques » qu'il a formé en 1991, et avec lequel il effectue des tournées internationales, ainsi qu'un groupe de chanteurs baroques de premier ordre, dont la mezzo-soprano Eva Zaicik, « révélation de l'année » aux Victoires de la musique.

Il dirigea deux opéras, « Actéon » de Marc-Antoine Charpentier et « Didon et Enée » de Purcell. Il fit cela avec un soin infini, avec un sens du drame et des nuances, avec une précision extrême qui faisaient l'admiration du public. L'ensemble du Parvis semblait vibrer du frémissement de cette musique vieille de quatre siècles.

Parfois, se penchant vers ses musiciens et creusant ses paumes de mains, Christophe Rousset donnait l'impression d'aller puiser la musique au cœur de son orchestre comme il l'aurait fait pour recueillir une eau de source. Les chanteurs chantaient avec jubilation, jusqu'à cet air sublime de la mort de Didon, dont les volutes s'enroulaient autour des colonnes de la basilique comme un feuillage grimpant.

À cet instant, le public retenait son souffle. Plus un bruit ne se faisait entendre sur le Parvis. Il n'y avait rien d'autre que le frisson d'une musique à la beauté sans égale.

Et tout cela existait parce qu'un jour un enfant avait retiré 5 francs de sa tirelire pour venir assister sur les marches de l'église, là en contrebas, à son premier concert au Festival de Menton…


La suite du direct