Rubriques




Se connecter à

L'Odyssée bibliothèque expose ses trésors cachés

À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, la bibliothèque mentonnaise sort de ses fonds des œuvres exceptionnelles. Et cette année, l'ancien se mélange au contemporain

ELODIE ANTOINE Publié le 08/09/2018 à 05:12, mis à jour le 08/09/2018 à 05:12
Le Dictionarium Latinum d'Ambrogio Calepino date de la fin du XVIe siècle.
Le Dictionarium Latinum d'Ambrogio Calepino date de la fin du XVIe siècle.

Si les Journées Européennes Patrimoine (lire par ailleurs) n'ont lieu que les 15 et 16 septembre prochains, à l'Odyssée bibliothèque, Rose-Marie Matton, la directrice et son équipe ont pris un peu d'avance.

À l'entrée, un livre ressemblant étrangement à un grimoire attire tous les regards. Voilà de nombreuses années qu'il n'était pas sorti de la réserve. Il s'agit du Dictionarium Latinum d'Ambrogio Calepino, un ouvrage datant de la fin du XVIe siècle. C'est le livre le plus ancien que possède la bibliothèque. Un trésor ô combien précieux qui ouvre cette exposition, dans laquelle se mêlent harmonieusement des livres d'artistes et des œuvres d'exception.

La beauté des livres d'antan

 

Une couverture en bois, des pages jaunies et tâchées, des écritures qui disparaissent avec le temps, les livres anciens ont cette particularité d'absorber le regard. Ils donnent envie d'être feuilletés, manipulés quel que soit leur contenu. À l'Odyssée, sous les vitres glacées sont livrés à la curiosité quelques bijoux.

Les agrumes étant le symbole par excellence de Menton, c'est tout naturellement que « l'Histoire naturelle des orangers » écrite par Antoine Risso et illustré par Antoine Poiteau datant du début du XIXe siècle a toute sa place dans l'exposition.

Des illustrations on ne peut plus réalistes se mêlent au savoir scientifique et historique de l'écrivain. Il y a également « Poèmes » de Thomas Gray et illustré par William Blake, ou encore « Paradise Lost » de John Milton et illustré par Gustave Doré. Anciennes ou non, ces œuvres sont en quelque sorte à l'origine des livres d'artistes.

Un dialogue entre les arts et l'écriture

Le livre d'artistes est-il un ouvrage ordinaire ? Pas vraiment. Il s'agit plutôt d'une œuvre d'art à part entière, pour laquelle un écrivain et artiste ont collaboré. Un genre qui aboli les barrières entre les arts et les lettres pour créer de l'originalité à partir de la simplicité. La bibliothèque mentonnaise en expose de très beaux spécimens. « La forme prend en quelque sorte le pas sur le fond », explique Rose-Marie Matton. C'est un ouvrage qui peut être tout simplement regardé, lu, voire manipulé. Au premier regard, son aspect attise la curiosité. Il n'a rien de commun. Sous forme de dépliant comme « Équinoxes » d'André Veret dont l'emprunte et le découpage ont été réalisés par Arman, ou dans une boîte sur laquelle a été fixé un drôle de chat pour ce qui est de l'œuvre d'Évelyne Bennati dont la sculpture et les dessins ont été réalisés par Sabine André-Donnot, ils ne passent pas inaperçus. Avant de vaquer à leurs occupations, les habitués ou simples visiteurs ne manquent pas d'y jeter un coup d'œil.

Entre savoir et initiation

 

Et beaucoup d'entre eux ont répondu présent pour le vernissage qui a eu lieu hier soir. Cette 35e Journée européenne du patrimoine sera également marquée par la présence de deux artistes.

Le 15 septembre à 15 h, Sabine présentera « Murmures de fétiches en ramures ». Une manière de voir au-delà de la forme.

Le dimanche 6 à 10 h, ce sera au tour de Gérard Haton-Gauthier, peintre et sculpteur plasticien qui vit à Roquebrune-Cap-Martin d'intervenir. Il sera le chef d'orchestre d'une initiation à la conception d'un livre d'artistes. Toutes les œuvres seront exposées à la bibliothèque jusqu'au 20 octobre.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.