“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'histoire du chemin de fer à crémaillère de Beausoleil à La Turbie

Mis à jour le 29/05/2017 à 05:31 Publié le 29/05/2017 à 05:31
Arrivée à la gare de La Turbie  en 1910. 	(Document collection Jean-Paul Bascoul)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'histoire du chemin de fer à crémaillère de Beausoleil à La Turbie

L'association de quartier Le Rocher poursuit ses conférences avec l'évocation d'une fresque ferroviaire : « Le chemin de fer à crémaillère de Beausoleil-La Turbie », le mardi 6 juin, à 18 h 30, au restaurant « L'Aurore », sur le Rocher.

L'association de quartier Le Rocher poursuit ses conférences avec l'évocation d'une fresque ferroviaire : « Le chemin de fer à crémaillère de Beausoleil-La Turbie », le mardi 6 juin, à 18 h 30, au restaurant « L'Aurore », sur le Rocher.

Le récit et la mise en images commentés par l'historien Jean-Claude Volpi rappelleront les grandes heures de ce matériel roulant et la technicité du parcours au travers d'une centaine de documents, photos ou cartes postales (collections Jean-Paul Bascoul et Georges Bessone).

De quoi revivre cette épopée ferroviaire sous tous ses aspects, dont le terrible accident du 8 mars 1932 a mis un terme à l'exploitation de ce train à crémaillère, des plus innovants, en son temps.

« C'était en 1869, précise Jean-Claude Volpi, Amédée Brousseau, un ancien officier d'artillerie à Neuilly, a l'idée d'établir une liaison ferroviaire à crémaillère entre Monaco et La Turbie à travers la garrigue. Après avoir hésité entre un téléphérique ou un train de montagne, il s'associe avec M. Mékaski, un ingénieur civil installé à Paris. Le 1er juillet 1882, est présenté un tracé empruntant la rive droite du ruisseau des Moneghetti. Ce projet est rejeté par l'armée française. En revanche, le 30 juillet 1884, il est approuvé, car il passe par la rive gauche. Le départ de la ligne se fera au quartier du Carnier et reliera le quartier du Croux à l'Est de La Turbie via La Bordina, Aureglia et le mont Justicier. Finalement, il faudra attendre dix ans et moult péripéties pour que le 10 février 1894, la ligne soit inaugurée par la Compagnie du chemin de fer d'intérêt local à crémaillère de La Turbie - Rigi d'Hiver. »

C'était le quatrième établi en France grâce à une véritable prouesse technique : faire s'élever une locomotive et son wagon-voyageur de 450 m d'altitude sur les 2,5 km du parcours, à la vitesse de 7 km/h… Combien aurait-il mérité un « véritable trophée » afin de récompenser la victoire de la machine sur la nature austère de cette falaise adossée au mont Agel.

Les divers projets, initiés entre 1932 et 1966 qui prévoyaient tramway électrique ou téléphérique, seront abordés. Il y aura également la projection des vues d'époque actualisées et un poème.

Monte-Carlo - Gare de départ pour La Turbie. 
(Document collection Jean-Paul Bascoul)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.