“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'histoire des bateaux Gallus

Mis à jour le 28/07/2018 à 05:15 Publié le 28/07/2018 à 05:15
Le Gallus II à Menton.	(DR)

L'histoire des bateaux Gallus

Retrouvez comme chaque samedi, la rubrique d'art et d'histoire du pays Mentonnais

Les fonctions ancestrales du port de Menton, la pêche et le cabotage vont s'effondrer après la Seconde Guerre mondiale et la navigation de plaisance va s'approprier bon nombre d'anneaux.

Apparaît alors les prémisses de navigation touristique côtière dans l'immédiat après-guerre avec Bambou, un petit remorqueur de haute-mer venus de l'Atlantique. Il s'amarrait à cul au bout du quai face à l'actuelle capitainerie. Les passagers montaient et descendaient par l'arrière. Ils s'installaient sur la plage-arrière, quelques-uns sur les côtés.

Cependant, avec le boum touristique des ''Trente glorieuses'' (1950 à 1970), ce type de navigation touristique, où la Côte d'azur développe ses splendeurs depuis la mer, va nécessiter une autre organisation et d'autres moyens de transport maritime pour répondre à la demande.

Ces promenades « internationales » sur l'azur seront surtout saisonnières. Elles reliaient la France, Monaco et l'Italie. Très vite, elles vont devenir la chasse gardée de la SATAM (26 quai de Lunel à Nice). Au fil du temps, elle mouillera ses six navires successifs au port Lympia en caressant l'espoir d'établir une véritable ligne régulière à l'année.

100 000 personnes transportées par an

Jean Sabatier, dans son étude « Le groupe portuaire de la Cote d'Azur » présentée en 1961 devant la faculté des Lettres et Sciences humaines d'Aix-en-Provence, donne ces indications et mentionne « le Gallus, le Gallus II, le Gallus V, l' Ariel , 1'Etna et en 1962, un Super Gallus de 48 mètres construit par les chantiers de la Seyne, monté par une quinzaine de matelots, qui assuraient durant la période estivale de nombreuses liaisons vers les Îles de Lérins, la Riviera italienne et de multiples sorties dans la Baie des Anges ou la rade de Villefranche. On peut évaluer ce mouvement à 100 000 personnes transportées par an au cours des dernières saisons.

Chose exceptionnelle, la SATAM possédait également un appontement privé sur la Promenade des Anglais juste en face à l'hôtel Ruhl.

Olivier Oliviero mentionne l'échouage du Gallus, un peu comme le Costa Concordia. Il s'était approché trop près du littoral. Il s'est échoué sur les rochers à fleur d'eau face à la plage des Rochers Rouges.


La suite du direct