“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'héritage du prince Albert Ier à Balzi Rossi

Mis à jour le 06/09/2017 à 10:04 Publié le 06/09/2017 à 05:07
Patrick Simon, directeur du Musée d'archéologie préhistorique, et Elena Rossoni-Notter, chercheur archéologue, mènent les fouilles dans cette grotte.

Patrick Simon, directeur du Musée d'archéologie préhistorique, et Elena Rossoni-Notter, chercheur archéologue, mènent les fouilles dans cette grotte. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'héritage du prince Albert Ier à Balzi Rossi

À la frontière italienne, sur le site préhistorique de Balzi Rossi, les équipes du Musée d'anthropologie continuent d'étudier la grotte acquise par le prince Albert Ier en 1892

C'est une petite extension du territoire monégasque. Un bout de terre dominé par une falaise achetée comptant par le prince Albert Ier en 1892.

À la sortie de Menton, sur la frontière italienne, le site de Balzi Rossi est depuis deux siècles un lieu archéologique réputé (lire page suivante). Dans ce cirque de falaises et de cavités, ouvert sur la Méditerranée, la grotte du Prince - ainsi rebaptisée après son rachat par le souverain - est sans doute la plus remarquable.

Bonne pioche pour le prince explorateur qui découvrit les lieux pour la première fois en 1883. Le site est à l'époque fouillé de fond en comble par des scientifiques, mais aussi par des professionnels recherchant principalement comment gagner de l'argent.

C'est pourquoi le prince Albert Ier choisit d'acheter à un particulier l'une des grottes en 1892. La plus grande. Qu'il sanctuarise pour le travail scientifique.

Des restes d'éléphants et de rênes

Le lieu n'a jamais été fouillé et la cavité est obstruée par 4.000 m3 de sédiments, que les équipes emmenées par le chanoine Léonce de Villeneuve mettront cinq années à déblayer et traiter.

Quelques années plus tard, ils feront de même pour la grotte de l'Observatoire, située sous le Jardin exotique. Mais la première campagne archéologique du prince Albert Ier demeure celle de Balzi Rossi.

Aujourd'hui, il faut faire quelques pas dans la garrigue, depuis la plage privée, puis passer sous le pont de la voie ferrée pour voir apparaître l'entrée grillagée de la grotte princière, gardée par un majestueux figuier.

"À l'époque, il y a eu une réflexion scientifique. Léonce de Villeneuve a tenu un carnet de fouilles journalier et échangeait par courrier avec le souverain pour lui faire état de l'avancée des travaux. Ces documents sont encore un outil de travail pour nous aujourd'hui", précise Patrick Simon, directeur du Musée d'anthropologie préhistorique de Monaco, qui gère ce site à la frontière italienne.

 

Photo C.D.

De cette première campagne de fouilles, dans les sédiments traités, ressortent des traces de l'époque Néandertal.

"Dans les strates, nous avons retrouvé des restes d'éléphants et d'hippopotames datés de 80.000 ans, commente Elena Rossoni-Notter, chercheur archéologue du musée, qui a consacré sa thèse de doctorat à ces trouvailles. Cette grotte est un énorme site d'où émergent de nombreuses informations."

Exemple : des restes de rennes, également présents, datés de 50.000 ans, ont été mis à jour sur les falaises. En creusant, c'est une formation marine que les archéologues ont découverte.

Des fragments de coquillages, comme on en trouve en Afrique, présents depuis 120.000 ans. Si les restes de rênes témoignent d'une époque froide, ces coquillages sont le signe d'un climat tropical. Marqueurs d'un climat qui a souvent varié au bord de la Méditerranée.

Un site occupé il y a 200.000 ans

Laissée à l'abandon pendant une bonne partie du XXe siècle, cette grotte a fait l'objet de trois missions menées à partir de 1966 et pendant plus de vingt ans par Suzanne Simone et Louis Barral. Ce sont eux qui ont percé la roche pour y détecter une preuve que la grotte avait été fréquentée il y a 200 000 ans, époque Homo erectus.

Un fragment d'os féminin a été daté de 220.000 ans.

Ces objets font partie aujourd'hui des collections du Musée d'anthropologie préhistorique. En attendant d'en trouver d'autres ? Aujourd'hui, un programme de recherche est à nouveau à l'étude. Toujours porté par l'équipe, autour de Patrick Simon, Elena Rossoni-Notter et Olivier Notter, qui entendent refaire les datations éclairées par les techniques scientifiques nouvelles. Un programme qui démarrera après la sécurisation des lieux.

Un site archéologique exceptionnel

Surplombant la promenade à la frontière italienne, le site de Balzi Rossi a été occupé à différentes périodes de la préhistoire.
Surplombant la promenade à la frontière italienne, le site de Balzi Rossi a été occupé à différentes périodes de la préhistoire. Photo C.D.

C'est une référence. Un endroit connu et reconnu par les archéologues en Europe. Le site de Balzi Rossi, sur le littoral, en bordure de la frontière franco-italienne faisant face à Menton, est un terrain de jeu pour les géologues et les chercheurs depuis presque deux siècles.

Un ensemble de treize grottes, cavités, abris foisonnant des restes de l'époque paléolithique et au-delà. 

"Un site majeur en Europe", témoigne Patrick Simon, directeur du Musée d'anthropologie préhistorique de Monaco, expliquant que ces grottes de calcaire ont été rougies par l'oxydation en surface qui lui donne cette teinte d'où découle son nom.

C'est le prince Florestan Ier qui organise et finance la première fouille en 1846. Les ossements et silex trouvés dans la terre sont mis dans des caisses envoyées vers Paris. Le colis n'arrivera jamais à bon port.

SQUELETTE BAPTISÉ L'HOMME DE MENTON

En 1870, le préhistorien français Émile Rivière, arrivé sur le site, en fait son laboratoire de recherche. Il y déterre deux squelettes d'enfants, datés de l'époque paléolithique supérieure (il y a 12 000 ans), depuis exposés au Musée de l'Homme à Paris.

La grotte a été achetée en 1892 par le prince Albert Ier. Il a fallu cinq ans à l’époque, pour déblayer la cavité de ses sédiments.
La grotte a été achetée en 1892 par le prince Albert Ier. Il a fallu cinq ans à l’époque, pour déblayer la cavité de ses sédiments. Photo C.D.

Quelques années plus tard, les travaux de la voie ferrée ayant remué les lieux, apparaissent des traces de la via Julia Augusta qui serpentait là - à l'ère paléolithique supérieure, la calotte glaciaire sur les Alpes empêchait son franchissement.

En mars 1872, un squelette humain, baptisé l'Homme de Menton, est mis à jour. Des années plus tard, les recherches de l'équipe du professeur de Lumley aboutiront au fait qu'il s'agit en fait d'une femme.

"Ce qui est important, en matière historique, sur ce site, c'est que pour la première fois, le fait de trouver des sépultures (une quinzaine au total NDLR) a remis en question nos connaissances sur les hommes préhistoriques, et leur rapport aux morts", continue Elena Rossoni-Notter, chercheur archéologue.

La position des corps, les objets qui les entourent, le fait que des fosses ont été creusées sont autant d'indications sur la façon dont les corps étaient enterrés. Donnant des informations aussi sur les coutumes des hommes préhistoriques, dont les habitudes de vie demeurent méconnues.

Plus encore, le site actuel des Balzi Rossi est situé sur une zone sujette aux variations du climat. À la période froide, le niveau de la mer était 125 mètres plus bas. Les hommes préhistoriques vivaient alors sur un plateau (immergé aujourd'hui) et, croit-on savoir, ces grottes étaient un lieu de refuge.

L’entrée de la grotte, fermée au public, a été sécurisée.
L’entrée de la grotte, fermée au public, a été sécurisée. Photo C.D.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.