“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'habit fait le superman

Mis à jour le 29/10/2017 à 05:20 Publié le 29/10/2017 à 05:20
Héros et super héros se sont retrouvés à l'occasion du festival.

Héros et super héros se sont retrouvés à l'occasion du festival. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'habit fait le superman

À l'occasion de la première édition du Festival du film fantastique de Menton, qui se poursuit aujourd'hui, rencontre avec des héros et super-héros venus à la salle du Louvre en chair et en os

Il est 11 h, hier, quand Marty McFly ouvre la portière papillon de sa DeLorean, garée en double file. Il regarde sa montre. Le temps est venu - avant de retourner dans le futur - de filer au Salon du Louvre pour assister à l'inauguration de la première édition du festival du film fantastique de Menton. Assorti, comme il se doit, de son lot d'animations. D'autant que l'attendent là de nombreux amis. Issus d'autres univers parallèles.

Vers la robotisation

Parmi eux, on compte BatGirl et Flash - exceptionnellement ensemble dans la vraie vie. Ce quotidien mentonnais durant lequel madame s'appelle Alexandra et monsieur, Romuald. Même si officiellement « c'est un secret ».

« Avant, je n'adhérais pas tellement au fantastique, reconnaît Bat'lexandra. Mais j'ai compris, avec mon mari, que les super-héros devenaient peu à peu réalité. On arrive tout tranquillement à la robotisation… » Et RomuFlash, amateur des personnages de Marvel, de compléter : « Pourquoi regarder des choses qui existent ? On les voit déjà dans la vraie vie… »

L'un comme l'autre reconnaissent malgré tout avoir endossé ces rôles-là parce que les costumes leur allaient bien. De même que Rémy, dans ses atours de Deadpool. « Moi, je voulais un costume intégral. Je connaissais surtout Superman et Spiderman mais j'ai voulu regarder d'autres films pour me faire une idée. Quand j'ai vu ce personnage-là, je me suis dit "Bingo !"» Entre autres parce qu'il lui va - assure-t-il - comme un gant (rouge et noir). « Il fait des blagues un peu crados, et c'est l'un des premiers films de ce genre où le personnage principal parle aux spectateurs », détaille Rem'pool.

D'un point de vue de Melissa, qui a opté pour les couleurs chatoyantes de Wonder woman, les choses sont un peu plus radicales. « C'est la plus classe, la plus forte… et la plus belle ! ». Difficile, en effet, de résister. Mais ce qu'aime le plus Wonder Melissa, c'est en réalité le fait qu'un déguisement « permet de faire venir les gens vers soi ». Pour elle qui se revendique sociable, on ne pouvait trouver meilleur moyen de briser la glace avec le monde extérieur.

Évasion

« Moi, je suis là, physiquement, mais j'ai l'impression d'être ailleurs », souligne de son côté Océane. Dans sa robe d'Anna, petite sœur de la Reine des neiges. Un personnage pour le coup nettement plus mignon et féerique que ses comparses. Que Deadpool n'a pourtant pas souhaité gratifier d'une remarque cinglante. Pas plus que BatGirl n'a pris la peine de lui envoyer des nuées de chauve-souris.

Car dans la passion de la fantasy, les héros sont assurément unis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.