“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’exercice 2019 marque le décollage de la SBM

Mis à jour le 21/09/2019 à 10:23 Publié le 21/09/2019 à 10:22
Jean-Luc Biamonti, hier, en conférence presse, dans l’amphithéâtre du One Monte-Carlo.

Jean-Luc Biamonti, hier, en conférence presse, dans l’amphithéâtre du One Monte-Carlo. SBM

L’exercice 2019 marque le décollage de la SBM

Le déficit de la SBM est dorénavant en dessous de la barre des 10 millions d’euros. Un cap a été franchi et les perspectives sont bonnes selon Jean-Luc Biamonti, président-délégué

L’exercice est satisfaisant. Les chiffres du 1er juillet au 15 septembre sont bons mais n’ont pas augmenté notre avance du premier trimestre. » Jean-Luc Biamonti, président-délégué de la SBM, a fait sa traditionnelle conférence de presse après l’assemblée générale des actionnaires, pour la première fois rassemblés au One Monte-Carlo.

« L’activité observée sur le premier trimestre de l’exercice en cours (période du 1er avril au 30 juin 2019) a été en hausse de 22 % par rapport à l’an passé, souligne la Société des Bains de Mer. Cette croissance résulte de l’amélioration des recettes dans l’ensemble des secteurs d’activité. » Et Jean-Luc Biamonti de décrypter : « On a le sentiment que l’exercice qui a débuté en mars 2019 était le décollage. »

Avec le lancement du One Monte-Carlo, il semble donc qu’une page se tourne pour la seule société monégasque cotée en Bourse. Ce qui ne veut pas dire que le résultat opérationnel est devenu positif. Pas encore du moins. « Le résultat opérationnel du Groupe S.B.M. s’établit en déficit de - 9,6 millions d’euros contre une perte opérationnelle de - 27,1 millions d’euros pour l’exercice précédent. Cette évolution favorable du résultat opérationnel concerne tous les secteurs. »

« Le prix le plus cher de la Principauté »

Depuis le 1er juillet 2019, la croissance des activités hôtelières et locatives s’est prolongée, avec la réouverture complète de l’Hôtel de Paris et la progression des revenus locatifs tirés du nouveau complexe immobilier du One Monte-Carlo. « Toutes les boutiques sont exploitées. Nous avons beaucoup de demandes que nous ne pouvons pas satisfaire. Quant aux appartements en location, 26 sur un total de 37 sont louées. Nous avons pris un peu de retard sur la grande tour dont les appartements aux étages supérieurs ne sont pas encore loués en raison d’un problème de livraison d’ascenseurs. »

Si la SBM se redresse grâce aux baux contractés, c’est que les prix pratiqués sont hauts ; et même très hauts. Mais impossible de savoir à combien se louent les très grandes surfaces qui surplombent le Casino de Monte-Carlo. Jean-Luc Biamonti, pourtant jamais avare d’explications et de précisions, lâche seulement : « Le prix le plus cher du mètre carré de la Principauté. » Les locataires sont anglais, norvégiens, chinois, espagnols, suédois, russes, nigérians…

Quant aux jeux, dont la relance était une priorité de la SBM, ils poursuivent l’avance du cours du premier trimestre. « L’activité enregistrée depuis le 1er juillet étant équivalente à celle de la même période de l’exercice passé », précise Jean-Luc Biamonti. Le président-délégué rappelle que les machines à sous « marchent très bien » et que les initiatives du directeur, Pascal Camia, portent leurs fruits.

Autre facteur de croissance, et non des moindres : la réouverture - avec davantage de chambres - de l’Hôtel de Paris fin 2018.

Autant d’éléments qui permettent à Jean-Luc Biamonti de dire que, les projets dorénavant mis en place contribuent à la poursuite de l’amélioration des résultats du Groupe S.B.M.

Au cours de l’exercice 2018/2019, le Groupe S.B.M. a réalisé un chiffre d’affaires de 526,5 millions d’euros contre 474,6 millions d’euros en 2017/2018, soit une amélioration de 11 %. La progression de 51,9 millions d’euros sur l’exercice est la conséquence d’une amélioration des recettes dans l’ensemble des secteurs d’activité.

Le secteur jeux bénéficie de l’augmentation du chiffre d’affaires jeux de table et le secteur locatif est en forte croissance.

Le secteur hôtelier en déficit

Bien qu’en légère amélioration, le résultat opérationnel du secteur hôtelier reste toutefois encore en déficit, principalement en raison des travaux de rénovation de l’Hôtel de Paris. En effet, si cet établissement a pu bénéficier d’une capacité d’accueil supérieure à celles des exercices précédents, soit une capacité moyenne de 97 chambres sur l’exercice 2018/2019 contre 56 précédemment, il n’a pas encore retrouvé le niveau d’activité qui était le sien au cours des exercices précédant le démarrage des travaux, alors que l’Hôtel de Paris comptait 182 chambres. L’impact défavorable de cette situation sur le résultat opérationnel est évalué à près de 7 millions d’euros en 2018/2019, contre 10 millions d’euros pour l’exercice précédent.

Encore 12,3 millions d’euros grâce à Betclic

Enfin, la consolidation par mise en équivalence de Betclic Everest Group, groupe de jeux en ligne dont le Groupe S.B.M. détient 50 %, requiert la prise en compte de 50 % de son résultat pour la période considérée, soit une quote-part positive de 12,3 millions d’euros, contre une quote-part positive de 12,5 millions d’euros l’an passé. Ce résultat est notamment le reflet de la bonne performance de Betclic, avec le développement de son offre de paris sportifs, de nouvelles applications mobiles et l’intensification de ses actions marketing.

L’Assemblée Générale des Actionnaires a approuvé les comptes sociaux et consolidés de l’exercice 2018/2019 et la résolution d’affectation des résultats. Compte tenu de la situation opérationnelle toujours déficitaire, il a été décidé de ne pas distribuer de dividendes.

Jean-Luc Biamonti a confirmé la fermeture du Sun Casino. Il n’y aura aucun licenciement et une partie du personnel pourrait intégrer le Casino de Monte-Carlo qui va subir, dès début 2020, une vaste tranche de rénovation. « Nous voulons agrandir la salle des fun-players. On essaie également de faire une terrasse ouverte pour mettre des machines à sous. »

« Le Café de Paris a pris un coup de vieux. Nous avons une réflexion d’ensemble pour ouvrir trois ou quatre boutiques dans la descente allée François-Blanc. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.