“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'étoile Estelle devient miss

Mis à jour le 11/06/2018 à 05:11 Publié le 11/06/2018 à 05:10
Au terme du show, Estelle Malaussena (en vert) a remporté le titre de Miss Menton 2018. 
Kady Kane (en bleu) est, quant à elle, 1e dauphine, Mélissa Ribolini (en robe à fleurs), 2e dauphine.

L'étoile Estelle devient miss

Le concours Miss Menton 2018 se tenait samedi dans les jardins de l'hôtel Westminster. Au terme d'une soirée de show avec de jeunes filles dures à départager, Estelle Malaussena emporte le diadème

Qui connaît des rudiments de latin comprendra que son nom la destinait à devenir une étoile. Petite star mentonnaise, en l'occurrence.

Au terme d'une longue soirée de show dans les jardins de l'hôtel Westminster - durant laquelle les onze jeunes candidates au titre de Miss Menton 2 018 ont rivalisé de charmes pour se faire remarquer, pour se démarquer - c'est Estelle Malaussena qui a raflé le diadème. Après avoir conquis le cœur des membres du jury (et du public) devant deux fines dauphines : Kady Kane et Melissa Ribolini. Chacune des trois grâces ayant au préalable défilé dans diverses tenues de boutiques et créateurs de la ville. Vêtements du quotidien, maillots de bain, pyjamas ou inénarrables tenues de soirée.

L'ambition d'enseigner le français à l'étranger

Qui, derrière ce nom de famille très niçois ? Une étudiante en lettres de 18 ans, « passionnée par la mode et l'ère du temps ». Ainsi que la littérature et le cinéma. Une future « professeur de français à l'étranger ».

Ses projets d'avenir la rapprochent sans nul doute des valeurs de culture et de rayonnement traditionnellement attendues chez une miss, sous de jolis abords. Des valeurs partagées par les deux princesses à ses côtés, du reste. Kady - portée par un fan-club très nourri - étudiant pour sa part la biologie, afin de devenir ingénieur dans la police scientifique. Pour « contribuer à faire progresser la justice française ». Mélissa voulant, quant à elle, se spécialiser dans le domaine de la communication. Pour le « contact avec les gens », avant tout.

Est-il utile de préciser que les candidates déçues n'ont pas démérité pour autant ? Misant chacune sur une qualité différente. Personnelle. Choisissant leur camp entre les timides et les aguerries, les candides ou les plus sauvages, celles qui se présentent au naturel ou de manière brillamment travaillée. Sans oublier celles qui préfèrent séduire par la parole. À l'instar de Lucie, désireuse de devenir diplomate. Ravie de citer un auteur anglo-saxon - dont la rédaction n'a, hélas, pas retenu le nom - selon lequel la valeur d'une femme « ne se mesure pas au ratio taille/hanche » ni au « volume des lèvres »… car elle n'est « rien de moins que l'infinité ».

Du point de vue de l'ensemble des spectateurs présents tout le long du podium, Estelle compilait probablement l'ensemble de ces qualités. Gagnant le droit de le faire savoir au grand public en enfilant l'écharpe satinée. Sous les yeux de Miss Menton 2017, Carla Olivieri.

Dans la foulée du groupe « Green Élégance » - qui assurait l'animation musicale de la soirée - on se prête alors à imaginer la nouvelle miss, au moment de l'adoubement, chanter à la précédente : « I want you to show me the way...»


La suite du direct