“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L’écrivain néo-zélandaise Paula Morris reçoit les clés de la villa Katherine Mansfield

Mis à jour le 28/03/2019 à 10:03 Publié le 28/03/2019 à 10:03
La cérémonie de remise des clés s’est déroulée dans la salle des mariages.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L’écrivain néo-zélandaise Paula Morris reçoit les clés de la villa Katherine Mansfield

Elle est la 49e lauréate du Prix littéraire Katherine Mansfield et s’est vu remettre à ce titre par Martine Caserio, adjointe à la Culture, les clés du mémorial.

Elle est la 49e lauréate du Prix littéraire Katherine Mansfield et s’est vu remettre à ce titre par Martine Caserio, adjointe à la Culture, les clés du mémorial. Autrement dit, l’écrivain néo-zélandaise Paula Morris va séjourner et travailler durant six mois dans la villa Isola Bella à Garavan, où nul doute qu’elle trouvera l’inspiration pour son prochain ouvrage. Là où l’esprit de Katherine Mansfield plane depuis les années 20… La Villa - qui est propriété de la ville de Menton - abrite le Mémorial Katherine Mansfield depuis 1956, et demeure une résidence d’écrivains en mémoire de l’auteur néo-zélandaise.

C’est en septembre 1969 qu’est né le Prix Katherine Mansfield, à l’initiative de Celia Manson, qui conduisait la délégation néo-zélandaise du 36e Congrès mondial des Pen Clubs (associations d’écrivains attachés aux valeurs de paix, de tolérance et de liberté) organisé à Menton.

Un prix littéraire sous la forme d’une bourse annuelle attribuée à une écrivain néo-zélandaise… depuis bientôt cinquante ans !

« Le plus important c’est l’amour ! »

Romancière, auteur de nouvelles et essayiste, Paula Morris écrit des romans pour adultes et des histoires autour de mystères surnaturels pour les jeunes lecteurs. Ses nouvelles sont largement publiées dans des revues, des magazines et des anthologies. Un certain nombre a même été adapté pour la radio en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis.

Depuis 2003, elle enseigne l’écriture créative dans les universités, dont celles de Tulane à la Nouvelle Orléans et de Sheffield en Angleterre. Elle est aussi responsable du programme de master en rédaction créative de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande.

Après la remise des clés, une minute de silence a été observée en hommage aux victimes de la tuerie de Christchurch. Prononçant quelques mots en français, la lauréate s’est dite « honorée de cette résidence » et a lu un poème traditionnel néo-zélandais, « très profond et très important dans le pays en ce moment », pour « crier au ciel et à la terre, au cœur de tout le monde (que) le plus important, c’est l’amour, force de vie ! »

Des jeunes du collège Maurois, accompagnés de leur professeur de français, ont lu, à leur tour, des poèmes de Katherine Mansfield, d’abord en français, puis en anglais. Avant que deux d’entre eux n’entament un intermède musical au violoncelle.

Un accueil chaleureux et artistique qui s’est terminé par un chant typique, entonné par Paula et son mari !

Et, le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine à l’occasion des 50 ans d’une amitié et d’un partenariat international. Les festivités promettent d’être fastes ! r.D.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.