Rubriques




Se connecter à

L'art NoMade réinvestit Cap-d'Ail en septembre

Jusqu'au 28 septembre, les jardins de la villa Roc Fleuri sont jalonnés d'œuvres réalisées sur le thème de la pensée sauvage. Autant de surprises et d'art conceptuel qui invitent à la balade

O.V.M. Publié le 09/09/2018 à 05:07, mis à jour le 09/09/2018 à 05:07
Florent Testa et Stéphanie Lebrion, commissaires de l'exposition, entourés de Caterina Aicardi, Maria Amos, Louis Dollé, Camille Franch-Guéra, Evan Bourgeau, Florence Guillemot-Villain, Michèle Klejnen, Laurine Landry, Mauricio Masoli, Eglé Vismanté. Les artistes de cette édition 2018 prennent la pause aux côtés de Xavier Beck, maire de Cap-d'Ail, Xavier Delmas, monsieur Culture et le propriétaire de la villa Le Roc Fleury, M. Cottenot.
Florent Testa et Stéphanie Lebrion, commissaires de l'exposition, entourés de Caterina Aicardi, Maria Amos, Louis Dollé, Camille Franch-Guéra, Evan Bourgeau, Florence Guillemot-Villain, Michèle Klejnen, Laurine Landry, Mauricio Masoli, Eglé Vismanté. Les artistes de cette édition 2018 prennent la pause aux côtés de Xavier Beck, maire de Cap-d'Ail, Xavier Delmas, monsieur Culture et le propriétaire de la villa Le Roc Fleury, M. Cottenot. O.V.M.

Comme chaque année, tout comme la fin des vacances et la rentrée des classes, les artistes du collectif NoMade font leur retour à Cap-d'Ail.

Ils posent leurs valises au bord de la Grande Bleue et investissent de leurs œuvres les jardins de la Villa le Roc Fleuri, tout au bout de l'avenue (l'impasse ?) du Docteur Onimus, le long du sentier du bord de mer. Le thème abordé cette année : la pensée sauvage.

C'est-à-dire que toutes les œuvres d'art ou installations disséminées dans les jardins de la villa s'articulent autour du thème de la science et de l'art ou du langage du jardin. Pour cette 18e édition, le nombre d'artiste est un peu inférieur à d'habitude.

 

De la poésie éphémère

Un choix assumé par les commissaires de l'exposition afin de favoriser la promenade et la surprise de la rencontre avec ces œuvres, éloges de la poésie et de l'éphémère. Au détour d'un fourré on pourra ainsi tomber sur un paysage de Côte d'Azur enneigée ou au contraire ne presque pas remarquer un « tatouage » de palme au sol, délicate ombre immobile signée de main d'hommes. On ne peut manquer en revanche le pavage de « crottes préhistoriques » ou l'arbre à livres (qui avale ou recrache les ouvrages).

Quelle que soit la sensibilité de chacun, NoMade reste un rendez-vous annuel à ne pas manquer, ne serait-ce que pour découvrir les jardins de la villa le Roc Fleuri. Les amateurs d'art conceptuel y trouveront de quoi se ravir les yeux et réfléchir. Les autres découvriront une autre façon d'exprimer l'art et ouvriront ainsi leurs perspectives.

NoMade reste à Cap-d'Ail jusqu'au 28 septembre et reçoit tous les jours, de 13 h à 19 h, pour un prix d'entrée de 2 euros.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.