“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’appel à la prudence avant l’explication finale Où voir les voitures de très près en sécurité?

Mis à jour le 26/01/2019 à 05:19 Publié le 26/01/2019 à 05:19
Seules les zones vertes sont autorisées au public.

L’appel à la prudence avant l’explication finale Où voir les voitures de très près en sécurité?

Attendus à Monaco ce soir, les pilotes s’apprêtent à ferrailler devant une foule compacte, demain dans l’arrière-pays. Un spectacle que tout mauvais comportement pourrait gâcher, comme hier…

Les voilà ! Partis de Gap ce jeudi soir, les bolides engagés sur le 87e Rallye Monte Carlo prennent la route des Alpes-Maritimes cet après-midi. Ce soir, repos à Monaco, avant d’enchaîner quatre Spéciales dans l’arrière-pays, ce dimanche, conclues par la remise des prix, à 15 heures, sur le port (lire page suivante).

Un spectacle suivi par plus de 100 millions de téléspectateurs et quelques milliers de privilégiés en bord de route. Des fondus de rallye qui focalisent toute l’attention de l’organisation de l’Automobile de Monaco, du staff WRC, des émissaires de la Fédération internationale automobile et des quelque 300 commissaires de sécurité publique déployés, auprès des gendarmes et réservistes, pour rappeler à tous ces aficionados les règles élémentaires de sécurité (lire ci-dessous).

Et pour cause, ce vendredi matin, la Spéciale n°3 (SS3 Valdrome-Sigottier), a du être retardée puis tout bonnement annulée à la suite du «trop grand nombre de fans mal positionnés sur le bord de la route».

Une annonce commune de l’ACM et de la WRC relayée, à leur manière, par les pilotes (photo ci-contre). Thierry Neuville et Sébastien Loeb, entre autres, implorant les spectateurs à la prudence.

Illustre championne de rallye, Michèle Mouton est aujourd’hui coordinatrice sécurité pour les rallyes au sein de la FIA et déléguée sécurité sur le circuit WRC. Avant le départ, la Grassoise avait accepté d’évoquer cette question de la sécurité et ses composantes : l’innovation technologique mais surtout l’humain et la prévention. Un propos d’autant plus d’actualité que le duel Ogier-Loeb et la forte colonie italienne parmi les engagés promettent une affluence record sur certains secteurs dimanche.

La sécurité sur un rallye est

affaire de matériels, de savoir-faire, mais surtout de bons

comportements humains,

comment les choses

évoluent-elles?

Depuis quelques années, l’Automobile Club de Monaco (ACM) a édicté une Charte du spectateur responsable avec un code couleurs limpide à destination des fans. Vert = sécurité.

Le principe est simple, « le non-respect de ces règles de sécurité entraînera l’annulation de l’épreuve spéciale ».

La preuve, hier, avec la foule d’inconscients scotchés au bitume, qui ont conduit à l’annulation de l’ES3 entre la Drôme et les Hautes-Alpes.

Une piqûre de rappel est donc nécessaire avant les mythiques Spéciales de demain, notamment autour du Turini.

Les spectateurs ne peuvent plus pénétrer dans les épreuves spéciales ni se déplacer dans celles-ci, sur la route ou les accotements, 30 minutes avant le départ du premier concurrent et jusqu’à la fin de l’épreuve.

Les spectateurs sont surtout autorisés que dans les seules zones réservées au public et balisées par du filet vert ou de la rubalise verte. « Ces zones sont toujours en surplomb d’au minimum 1,50 mètre et hors de la trajectoire des concurrents », précise l’ACM.

Non seulement certains bravent ces recommandations mais ils jouent avec les nerfs des commissaires de sécurité (bénévoles) et des gendarmes, en se cachant pendant la reconnaissance, pour réémerger au passage du pilote, parfois même drapeau ou fumigène en main. « On ne laisse jamais des gens à l’extérieur des virages ou dans les échappatoires, et surtout en dessous de la route. S’il y en a, il faut les remettre en place », a rappelé Michèle Mouton aux commissaires de piste avant le départ.

Le Dr Scarlot, médecin-chef, appelant chaque commissaire à user de « persuasion » face aux « 1 % d’idiots ». « Je pense qu’ils ne réalisent pas le danger. Ils se croient tranquilles car en dehors de la route », déplore Michèle Mouton, rappelant que la rubalise sera désormais placée à trois mètres du bord de la route.

Enfin, le stationnement des véhicules est évidemment interdit sur la route des Spéciales et de part et d’autre de l’axe privatisé. Quant au respect du site, il est tout aussi évident que faire un feu de camp ou abandonner ces déchets est intolérable.

À défaut, cette année, d’un départ symbolique en Principauté - où les pilotes s’élançaient de la place du Casino avant d’avaler l’asphalte de l’arrière-pays - il est encore temps de tutoyer de près les bolides engagés sur ce mythique rallye Monte-Carlo. À l’arrêt ou à tombeau ouvert. C’est au choix. Et, aussi, selon votre sensibilité : plutôt à distance ou aux premières loges ? Voici toutes les informations pratiques.

Après avoir fait vrombir les moteurs dans les Hautes-Alpes, les premiers pilotes prendront le départ de Gap, aujourd’hui à 16 h 06, pour rallier le parc fermé du quai Albert-Ier à Monaco (245 kilomètres de liaison). « Ils ont un délai imparti de quatre heures pour y arriver », confie-t-on du côté de l’Automobile Club de Monaco. Ceci dit, on devrait apercevoir l’ombre des premières carrosseries aux alentours de 19 h 15, soit quelques dizaines de minutes avant le feu d’artifice de la Sainte Dévote sur le plan d’eau du port d’Hercule.

Sur place, les pilotes et copilotes s’adonneront à une série d’interviews avec les médias. Le moment rêvé pour les fans de capter quelques bribes de ressenti des équipages avant les ultimes spéciales de dimanche.

Une fois dans le parc fermé - aucune assistance mécanique n’est possible là-bas - ceux-ci ne devraient guère s’éterniser sur place. Une courte nuit de sommeil les attend avant de remettre le bleu de chauffe.

Dès potron-minet, à 6 h 22 pétantes demain matin, la première voiture désertera le parc fermé. Pour les lève-tôt n’assistant pas aux spéciales, c’est donc l’un des rares moments pour les zieuter en action. « Chaque team a quinze minutes pour apporter les pneus et faire d’éventuels changements », précise-t-on à l’ACM. À 6 h 37, ce même bolide quittera cette zone-là pour rejoindre La Bollène-Vésubie (70 kilomètres de liaison en moins d’1 h 40), lieu de départ de la spéciale numéro 13.

Demain matin, donc, les duos pilotes-copilotes s’attaqueront à quatre spéciales redoutées, lesquelles pourraient bouleverser le classement. Deux pour la Bollène-Vésubie/Peïra Cava, avec le mythique Turini dans l’une de ses nombreuses variantes (ES13 à 8 h 20 et ES 15 à 10 h 55). Les deux autres pour La Cabanette/Col de Braus (ES 14 à 9 h 08 et ES16 à 12 h 18).

Et pour s’octroyer une place de luxe sur le bord du « terrain de jeu », les spectateurs ont tout intérêt à s’y prendre de (très) bonne heure. Les épingles étant généralement les spots les plus prisés. Petite piqûre de rappel (lire les infographies ci-dessus) : des zones pour le public, matérialisées par du vert, sont impérativement à privilégier. Pour la sécurité de tous, des spectateurs comme des équipages.

Il serait ballot d’avoir bravé le froid pour rien. Hier, d’ailleurs, la troisième spéciale entre Valdrôme et Sigottier (Hautes-Alpes) a été annulée à cause de supporters trop imprudents et exposés à des risques majeurs. Les pilotes stars les appelant, sur les réseaux sociaux, à plus de non-sens (lire page précédente).

Dernier moment phare pour profiter de cette 87e édition du rallye Monte-Carlo : la remise des prix à 15 heures sur le quai Albert-Ier. Et non pas sur la place du Palais, la Sainte Dévote ayant lieu le matin même sur le Rocher. Toujours est-il qu’une fois après avoir bataillé pendant quatre longues journées, les pilotes seront sans doute plus enclins à causer avec le public, de prendre quelques clichés souvenirs. Le prince Albert II remettra les trophées aux vainqueurs.

En attendant l’année prochaine.

L’ex-championne Michèle Mouton est devenue la Madame Sécurité du WRC. Hier, les pilotes ont appelé les fans à la raison.
(©ACM)
Sur chaque spéciale (ES13/15 entre Bollène-Vésubie et Peïra Cava et ES14/16 entre La Cabanette et Col de Braus), des zones sont spécialement réservées au public.
	(DR)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct