“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'AIEA célèbre le 20e anniversaire de son labo

Mis à jour le 20/10/2018 à 05:08 Publié le 20/10/2018 à 05:08

L'AIEA célèbre le 20e anniversaire de son labo

Le souverain était présent, hier quai Antoine-1er, pour fêter les 20 ans des locaux de l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui œuvre aussi sur la question de l'acidification des océans

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et la Principauté c'est une longue histoire dont les prémices remontent à 1961, avec un premier laboratoire au Musée océanographique. Hier après-midi, l'heure était à la célébration du 20e anniversaire de ses locaux sur le quai Antoine-1er, en présence du prince Albert II.

Des locaux qui abritent des recherches « essentielles pour la recherche nucléaire », a souligné l'Australien David Osborn, qui les dirige, devant un parterre de personnalités officielles et d'ambassadeurs internationaux de l'AIEA.

Dans son discours, le souverain a salué le partenariat de longue date entre son pays et l'AIEA.

« Mieux comprendre les phénomènes climatiques »

Notant l'engagement des équipes qui, depuis 2012, ont développé un centre de coordination des activités sur la question de l'acidification des océans, qui prend de plus en plus d'ampleur sur la scène mondiale.

En effet, en Principauté, l'AIEA dispose d'un laboratoire destiné à l'environnement marin, qui étudie des questions liées aux problématiques contemporaines. « Nous avons une première section consacrée aux mesures de la radiométrie dans le milieu marin qui permet, par exemple, de mieux comprendre les phénomènes climatiques », détaille Iolanda Osvath, chef de service. « D'autres sections s'occupent, elles, d'études marines sur les polluants non-radioactifs et sur les effets de l'activité humaine qui affectent les écosystèmes des milieux marins ».

Des recherches pour lesquelles s'affairent une cinquantaine de personnes au quotidien.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct