Rubriques




Se connecter à

L’actrice Jeanne Moreau sera à l’honneur ce week-end

Pour la troisième édition des monstres sacrés du cinéma français, après Jean Gabin en 2017 et Bourvil en 2018, Sospel va vivre trois jours consacrés à Jeanne Moreau, disparue en 2017.

Élisabeth Clouard Publié le 26/02/2019 à 10:03, mis à jour le 26/02/2019 à 10:03
L’année dernière, le cycle Bourvil avait remporté un franc succès.	(DR)
L’année dernière, le cycle Bourvil avait remporté un franc succès. (DR)

Pour la troisième édition des monstres sacrés du cinéma français, après Jean Gabin en 2017 et Bourvil en 2018, Sospel va vivre trois jours consacrés à Jeanne Moreau, disparue en 2017. Comme pour les années précédentes, l’association « Cinéma d’hier et d’aujourd’hui » propose ce week-end le cycle Jeanne Moreau, composé de cinq films survolant la longue carrière de cette grande actrice.

Pour l’équipe du cinéma, le choix de Jeanne Moreau était « évident tant cette femme a incarné avec perfection son art et son engagement pour l’émancipation féminine ».

Avant chaque film, pendant une dizaine de minutes, seront diffusées les actualités cinématographiques (comme à l’époque), ainsi qu’un court documentaire ou une interview de cette grande dame du cinéma. Un tirage au sort gratuit permettra également à un gagnant de repartir avec un parapluie griffé au logo de Cinesospel.

 

Cette manifestation est placée sous le parrainage d’Anne-Marie Dumont, vice-présidente du conseil départemental des Alpes-Maritimes, et présidente de la commission art et culture.

Au programme

> Vendredi 1er mars, à 20 h 30 : « La baie des anges » (1963), réalisé par Jacques Demy. C’est l’histoire d’une addiction dévorante aux jeux et d’une histoire d’amour passionnelle.

> Samedi 2 mars, à 17 h : « Moderato cantabile » (1960) avec, entre autres, Jean-Paul Belmondo. La passion d’une grande bourgeoise pour un ouvrier agricole. Ce film, tiré du livre de Marguerite Duras, a valu à Jeanne Moreau un grand prix d’interprétation féminine.

 

> Samedi 2 mars, à 20 h 30 : « Viva Maria » (1965), avec Brigitte Bardot, réalisé par Louis Malle. En Amérique du Sud, deux jeunes danseuses de music-hall s’éprennent d’un révolutionnaire.

> Dimanche 3 mars, à 17 h : « La vieille qui marchait dans la mer » (1991), dialogues truculents à la San Antonio avec Michel Serrault, film pour lequel elle reçoit un César de la meilleure actrice.

> Dimanche 3 mars, à 20 h 30 : « Bouquet final » (2011) où elle donne la réplique à Jean-Pierre Marielle et Claude Rich, dans une élégante digression sur la vieillesse et la solitude, avec des répliques assassines qui ne manquent ni d'allant ni de saveur.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.