“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Katia et Marielle Labèque jouent l'amour à Garnier

Mis à jour le 11/11/2016 à 05:11 Publié le 11/11/2016 à 05:11
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Katia et Marielle Labèque jouent l'amour à Garnier

Les sœurs les plus célèbres du monde du piano sont attendues ce soir sur la scène de l'opéra pour présenter leur projet « Love Stories » où leur musique se mêle aux pas de breakdance

Elles avouent être toujours à la recherche d'inspirations nouvelles. Avec « Love Stories », Marielle et Katia Labèque ont trouvé matière. Les sœurs pianistes, virtuoses dans leur domaine et habituées des standing ovation dans le monde entier, sont ce soir à Monaco pour présenter ce spectacle singulier où elles mêlent leurs notes aux pas de danseurs.

« La genèse du projet tourne autour du mythe de Roméo et Juliette, un mythe dont nous avons voulu donner une version contemporaine », détaille Katia Labèque.

West Side story et breakdance

Pour commencer, les deux musiciennes s'attaquent aux airs bien connus de Leonard Bernstein pour West Side Story, directement adapté de l'histoire des amants de Vérone.

Pour la deuxième partie du spectacle, sur une partition moderne de David Chalmin, elles sont rejointes sur scène par sept breakdanseurs. Qui se meuvent sur leurs notes blanches et noires. Une chorégraphie signée Yaman Okur. « Nous l'avons rencontré par Madonna, avec qui il a beaucoup collaboré, continue Katia Labèque. Et nous avions très envie depuis longtemps de travailler ensemble. Ce spectacle l'a permis. »

Avec « Love Stories », les sœurs Labèque retrouvent aussi le public français. Installées depuis vingt-cinq ans à Rome, les deux sœurs s'étonnent presque de trouver autant de succès dans l'hexagone.

« Nous sommes très attachées à l'Italie, qui est le pays natal de notre mère. Mais il faut dire que c'est bon de rentrer en France et retrouver le pays qui nous a vu grandir. »

Ce projet leur donne une nouvelle respiration. « C'est amusant car au début de notre carrière, nous accompagnions une troupe de danse contemporaine. Et pour nous, c'était important de faire venir sur scène ce genre de danseurs, qui attirent un public différent et fait que les visages se mélangent dans une salle. Et tous adhérent à cette proposition », souligne Katia Labèque.

Une réaction qu'elle espère tout aussi belle ce soir à la Salle Garnier. « Nous nous sommes déjà produites dans ce lieu magique avec un orchestre. Mais revenir avec ces danseurs, c'est une vraie joie. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.