“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Julien Roman : Je travaillerai à la SMA jusqu'à la retraite

Mis à jour le 18/08/2018 à 05:08 Publié le 18/08/2018 à 05:08

Julien Roman : Je travaillerai à la SMA jusqu'à la retraite

Julien Roman travaille à la SMA depuis bientôt neuf ans.

Julien Roman travaille à la SMA depuis bientôt neuf ans. « J'ai évolué, j'ai fait six ans d'intérim. Et là, ça fait deux ans que je suis sous contrat. »

Le jeune homme de 28 ans s'occupe des GAP (galeries, ascenseurs, passages publics) autour de la place des Moulins depuis cinq ans. « J'arrive à 5 h du matin au Méridien, j'ai quatre ascenseurs à nettoyer. Je fais les rainures avec mon doigt. Je dois faire les murs, les plafonds, la cage d'escalier. Après je viens vite place des Moulins, j'ai deux ascenseurs à faire. Ensuite, je m'occupe du jardin d'enfants, je balaie avant 8 h comme ça quand les enfants viennent, c'est propre. Je nettoie tout : les bancs, les toboggans… », détaille Julien Roman.

« Je préfère ça parce que je suis minutieux et en plus je suis à l'abri s'il pleut », ajoute-t-il.

Il travaille seul sur ce secteur, de 5 h du matin à midi. Un horaire qui lui va bien : « C'est parfait. J'aime bien travailler le matin. Comme ça, l'après-midi, j'ai le temps de m'occuper de mon jardin et de mon chien. »

Et ne lui parlez pas de changer de métier : « Je compte travailler à la SMA jusqu'à la retraite ! », lance-t-il, tout sourire.

Et dans le secteur, tout le monde le connaît, un aspect du travail que Julien Roman apprécie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.