“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jour 4 : les roues de l’infortune

Mis à jour le 27/10/2019 à 10:22 Publié le 27/10/2019 à 10:22

Jour 4 : les roues de l’infortune

Denis, y’a un bruit non ?

Denis, y’a un bruit non ? » À la place du copilote, Virginie s’inquiète. Après la matinée que viennent de vivre plusieurs concurrents du E-Rallye, difficile de rester sereins. Sur des routes étroites où les récentes intempéries ont laissé des stigmates, cette quatrième étape sur les routes des Alpes-Maritimes vient de laisser des traces, avec notamment deux crevaisons et un accident dans la première épreuve chronométrée. Il faut dire qu’en E-Rallye comme dans toutes les autres disciplines du sport auto, les aléas viennent à tout moment pimenter la compétition. Danger le plus fréquent : les pierres tombées sur la route ou heurtées lorsqu’on flirte d’un peu trop près avec la corde. À bord de la BMW I3 de la Force publique de Monaco, Franck Orgeret et Damien Fabre ont éclaté un pneu vendredi dans la spéciale n°8 entre Castellane et Châteauvieux. Sans réseau téléphonique et dépourvus de roue de secours, ils ont accompli l’impossible pendant la nuit et réussi à reprendre le cours de l’épreuve hier matin. Un exploit.

Pâtes aux girolles et rosé

Difficulté supplémentaire sur un rallye de régularité : les spéciales se déroulent sur route ouverte. Si les vitesses atteintes pendant l’épreuve n’ont rien à voir avec celles des rallyes traditionnels, le danger guette au détour de chaque virage. Depuis le départ de Valence mercredi, nous avons ainsi croisé en spéciale des troupeaux de moutons, des chiens, un gros camion, des cyclistes et des ramasseurs de champignons... Comme en F1 ou en WRC, les mauvaises surprises viennent aussi de la mécanique. Si les caprices électriques de notre Zoé nous ont fortement compliqué la tâche vendredi, nous faisant craindre de devoir renoncer pour cause de panne sèche, certains se voient carrément contraints à l’abandon. C’est le cas de Jean Montagny et Christian Buisson. Héroïque depuis le départ mercredi, l’équipage n°43 a dû jeter l’éponge dans la première spéciale d’hier, suspension cassée. Leur monture, une Devinci DB 718 électrique est la sensation de ce E-Rallye. Cette auto au look délicieusement rétro qui fait penser à une voiture de course des années trente leur aura fait vivre une course incroyable. Transformée en baignoire le premier jour lors des premières spéciales disputées sous une pluie battante, la Devinci, entièrement découverte, a transformé les deux compères en glaçons vendredi matin dans le brouillard des Hautes-Alpes, par trois petits degrés.

Philosophe, l’équipage a plutôt bien digéré son élimination hier matin. Les voyants dépités au bord de la route, un riverain est venu les consoler avec deux assiettes de pâtes aux girolles bien chaudes et des verres de rosé bien frais. C’est aussi ça, l’esprit du Monte-Carlo.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.