“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

José Sacré : 50 ans de télé et de passion pour la musique

Mis à jour le 31/07/2019 à 10:16 Publié le 31/07/2019 à 10:16

José Sacré : 50 ans de télé et de passion pour la musique

L’animateur a débuté, jeune homme, à TMC. Aujourd’hui, à 72 ans, il continue d’être le témoin de la vie artistique monégasque, et notamment musicale, pour Monaco Info

Qui des plus de cinquante ans d’aujourd’hui ne connaît pas José Sacré ?

Un prénom et un patronyme si bien assortis, jusque dans la rime, que l’on pourrait croire à un nom d’artiste. Mais ce serait bien mal connaître l’animateur de radio et de télévision qui, durant plus d’un demi-siècle, a tenu le micro sans jamais attirer les lumières sur lui. D’ailleurs, aujourd’hui encore, et après une si longue carrière, il insiste : « Je suis très timide. »

Résident monégasque depuis 1967, José fait partie de ceux que l’on pourrait classer, et au risque du mauvais jeu de mots, parmi les « monstres sacrés de la télé. »

Aujourd’hui, à 72 ans, pas de spectacles de ballet, opéra et orchestre, ou de concerts du Palais princier sans la voix de José Sacré sur Monaco Info. La petite chaîne du gouvernement monégasque offre ainsi à ses téléspectateurs le regard d’un grand professionnel. Un homme discret, d’une humilité rare, d’un sérieux exemplaire et qui s’attache toujours à « être un témoin » de la vie culturelle de la Principauté sans pic ni critique. « Je ne suis pas un journaliste », répète-t-il.

Premières armes à TMC et RMC

José Sacré a fait des études de cinéma à Bruxelles et à Paris. « J’étais encore étudiant quand j’ai répondu à une petite annonce publiée dans le journal pour être animateur sur TMC. Nous étions 30 000 candidats… » Après les premières sélections, José Sacré est dans une short list de six finalistes.

Il est à peine arrivé à Monaco qu’il dîne avec ses concurrents dans un restaurant du port Hercule. Le prince Rainier III et la princesse Grace sont là ; attablés. Le souverain s’approche d’eux. Eux sont dans leurs petits souliers. « Bonne chance ! Que le meilleur gagne ! » lance le prince. C’est le tout premier contact de José Sacré avec la famille princière. Quelques heures plus tard, les finalistes concourent en direct sur le plateau télé de TMC et José décroche le poste. « C’était Jacques Antoine, qui fut directeur des programmes de TMC, qui orchestrait ce concours. Il a tout inventé dans le divertissement. Il m’a dit : “Tu vas apprendre avec moi.” J’étais logé à l’hôtel et payé au cachet. »

Passé l’été, il a fallu trouver un nouveau job. C’est RMC qui l’embauche. « J’ai été testé en lisant un texte. J’ai accroché sur un nom : Dvorák, le compositeur tchèque. Ce n’était finalement pas si grave puisque j’ai commencé trois jours plus tard, un dimanche matin, à 6 heures. J’étais animateur. »

De ses années radio, José Sacré se souvient de l’extraordinaire Bernard Spindler. « Un homme d’un talent et d’une érudition exceptionnels. Il arrivait avec un tout petit bout de papier et faisait dix minutes de commentaire sportif avec un incroyable brio. »

Aux côtés de son épouse danseuse, puis en animant les jeux télévisés, José Sacré va rencontrer tous les artistes de l’époque.

TF1, France 2, France 3, M6 et Canal +

« J’ai animé beaucoup de jeux à la radio et à la télévision. » TF1, France 2, France 3, M6, et même Canal + : aucune grande chaîne ne s’est privée du talent de José Sacré.

« Je me rappelle qu’avec “Tournez Manège”, on enregistrait sept heures d’émission. Je démarrais à RMC à 5 heures du matin. Puis je filais vite à Nice prendre l’avion de 9 h 20. Arrivé à Paris, direction les studios des Buttes Chaumont. C’était comme un petit Hollywood français. »

« C’est ma femme qui m’a fait découvrir et aimer le spectacle vivant. Et puis j’ai fait des émissions de variétés pendant vingt-cinq ans comme producteur, animateur, puis réalisateur. »

Des décennies durant lesquelles José Sacré a rencontré Dave, Alain Souchon, Véronique Sanson, Johnny Hallyday, Claude François… Il a animé la première télé du duo Gainsbourg-Birkin. « Les succès démarraient sur la Côte en été. Tout était fait dans l’urgence mais dans la bonne humeur. L’ambiance était telle que personne ne se prenait au sérieux. À l’époque, on ne payait pas les artistes. Ils étaient contents de revenir… »

En dehors de l’été, TMC se faisait plus classique. « À partir d’octobre, il n’y avait plus d’artistes sur la Côte d’Azur. Alors nous interviewions des écrivains et autres intellectuels. C’est comme ça que j’ai commencé à élargir mon horizon avec des personnalités très haut de gamme. »

« Je suis fasciné par les chefs d’orchestre »

José Sacré côtoie alors Yehudi Menuhin, Arthur Rubinstein, Roberto Alagna, Placido Domingo, Georges Prêtre… « Un jour, j’interviewe Serge Lifar pour un gala de danse à Monaco. Et tandis que les techniciens réglaient la lumière, le chorégraphe me lance : “À propos, comment va notre ami Picasso ?” Je n’en savais absolument rien bien sûr… Et voilà que Lifar me raconte ses relations avec Picasso. En assistant à la scène, le preneur de son a le bon réflexe de tout enregistrer. Un mois après, Picasso mourait. On avait tout ! Il paraît que les bandes magnétiques sont maintenant sous le stade de Fontvieille et ont servi de remblais au moment de l’extension en mer. On n’avait pas le sens des archives à l’époque… »

Mais parmi toutes ces personnalités, les musiciens ont rapidement eu la préférence de José Sacré. « La musique est devenue très vite une passion. Je suis fasciné par les chefs d’orchestre. »

« Je regrette de ne pas avoir appris la musique »

C’est aujourd’hui encore cet amour de la musique qui pousse José Sacré à continuer. « En été, les concerts du Palais princier sont un événement unique. Aller dans un palais qui représente l’autorité du pays et la demeure du souverain, ce n’est pas anodin. Quand Rainier III a créé ces concerts en 1959, il n’y avait pas beaucoup de festivals en France. »

Au cours de l’année, José aime suivre le travail du Philharmonique, des Ballets et de l’Opéra de Monte-Carlo. « Dans toutes les villes du monde, l’Orchestre et les Ballets font des triomphes. Je m’étonne toujours que le public soit si timide ici. J’ai une admiration sans borne pour Jean-Christophe Maillot. Il a tout d’un grand patron : une autorité, une humanité et un talent extraordinaires. »

Avec une profonde humilité et beaucoup de bienveillance, José Sacré continue donc, sans relâche, à expliquer les coulisses des spectacles. « Je suis un amateur. Je regrette profondément de ne pas avoir appris la musique. Mon rôle est d’essayer de présenter des extraits représentatifs pour donner envie d’aller aux spectacles. Je trouve scandaleux que des critiques descendent une œuvre dès sa sortie par quelques formules assassines. Il y a des films ou des spectacles qui sont tués dès le premier jour. Il serait bien mieux de faire une présentation d’un spectacle et de donner le temps au public de se faire sa propre opinion. Il faut laisser sa chance à l’œuvre d’exister. Qui suis-je pour me permettre de critiquer ? »

C’est José Sacré, l’homme qui aime les artistes.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct