“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Joël Garault fait chevalier dans l'ordre national du mérite français

Mis à jour le 22/01/2016 à 05:03 Publié le 22/01/2016 à 05:03
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Joël Garault fait chevalier dans l'ordre national du mérite français

Il a consacré sa vie à la gastronomie.

Il a consacré sa vie à la gastronomie. Le chef étoilé Joel Garault a reçu mercredi soir la distinction de chevalier dans l'ordre du mérite français.

Un honneur remis, à la Maison de France et en présence du souverain, par Hadelin de La Tour-du-Pin, l'ambassadeur de France à Monaco. Qui a retracé la carrière de ce « grand professionnel au parcours dense qui a su toujours faire preuve de courtoisie, générosité et élégance, devenu une étoile au firmament de la gastronomie ».

De la Vienne à Monaco

Né en 1955 à Loudun dans la Vienne, Joël Garault a commencé comme apprenti à 15 ans à La Baule, dans la cuisine de Christian Willer à l'Hermitage. Un premier poste avant de commencer un tour de France professionnel. Premier restaurant ouvert à 26 ans à Limoges, puis arrivée en 1985 sur la Cote d'Azur. D'abord au restaurant La Palme d'or à Cannes où il obtient sa première étoile à 30 ans. Puis en Principauté, dès 1991 au sein de la SBM. D'abord à la Coupole de l'hôtel Mirabeau. Puis dès 1998 à l'hôtel Hermitage, où il crée le restaurant Vistamar, et une cuisine autour du poisson.

Tout juste épinglé du mérite national français, le chef Garault a pris la parole avec émotion pour remercier l'assemblée, dont bon nombre de chefs de la Principauté et d'ailleurs, venus saluer le travail de leur confrère.

Et d'avoir une pensée particulière pour « l'aide précieuse » de son épouse, pour Michel Roger, poitevin comme lui. Et pour ses clients.

« J'ai donné beaucoup pour ma passion et mon métier, mais la clientèle fidèle me l'a bien rendu en devenant, au fil des années, une clientèle complice des mets et de la gastronomie », a conclu Joel Garault, qui doit prendre sa retraite en mars.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.