“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les messages

Mis à jour le 14/08/2018 à 05:20 Publié le 14/08/2018 à 05:20
Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ».

Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ». Hélène Dos Santos

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les messages

Depuis huit ans, Michel Benizri endosse le costume de messager dans le parc naturel régional. Avec humour et sensibilité, il fait circuler l'information et crée du lien sur le territoire

Avec son costume orange et ses chaussures vertes, il ne passe pas inaperçu. Et c'est volontaire. Comme les agents de l'Équipement, Michel Benizri mise sur la couleur pour être vu, à la différence qu'il cherche, lui, à être mieux entendu.

Dans la gamme de ses nombreux rôles, ce comédien et metteur en scène ajoute, depuis fin 2010, celui de crieur du Verdon. « Je suis celui qui fait circuler les informations et transmet les nouvelles de ce beau pays », se présente-t-il.

À l'image du crieur public d'antan, il arpente les quarante-six communes du parc naturel régional et vient à la demande, à l'occasion de fêtes ou d'événements. « L'idée, c'est de tisser du lien », explique-t-il.

Un regard décalé

Comme lorsqu'il passe les annonces des habitants : l'un cherche de l'aide pour la cueillette en échange d'une partie de la récolte, l'autre propose une initiation au bricolage... Il y a aussi les chroniques jouées devant du public, et là c'est du « one shot ».

« On peut parler de beaucoup de choses, des équipements, de l'environnement, des conflits d'intérêt. Mon métier, c'est d'avoir un regard décalé. » Un livret de ses chroniques a été édité en 2013.

Sa dernière intervention remonte à quelques jours, lorsqu'il a été missionné pour animer l'inauguration du nouveau belvédère construit au col d'Illoire, à Aiguines. L'occasion pour lui de rendre hommage au travail effectué. Toujours avec esprit et sensibilité.

En trait d'union, il s'adresse autant aux locaux qu'aux vacanciers, « ces milliers de gens de passage, à qui il faut apprendre à dézoomer, à sortir des gorges pour aller dans les villages, prendre le temps de respirer. »

Le crieur incite ainsi à la rencontre de l'autre en chair et en os, à l'opposé des réseaux sociaux : « Je vais chercher les gens, je les harangue ».

Il n'hésite pas à inviter son auditoire à fraterniser : « Je rêve que les gens se prennent dans les bras. Il y a une façon d'être dans le territoire. Si l'on se regarde, s'écoute, travaille différemment, on peut faire plein de choses ensemble. C'est l'engagement d'un artiste - c'est mon métier mais derrière, il y a le citoyen ». Michel Benizri est la voix du parc, son ambassadeur. Il intervient pour une institution, qui conjugue la conservation, la valorisation, le développement durable.

« Il y a des gens derrière tout cela, met-il encore en évidence. Le circuit court par exemple, ça permet à un territoire d'échanger, de vivre, d'être dynamique. La concurrence, c'est l'ancien temps. Maintenant, on est dans le collaboratif. »

Avec humour

Le site l'inspire aussi, évidemment. Dans ses interventions, le comédien n'hésite pas à faire parler le décor, qu'il s'agisse de la rivière, d'un rocher, des animaux comme le vautour ou le chamois.

En se plaçant de leur point de vue, il peut plus facilement pointer du doigt les comportements inadaptés et leurs conséquences sur le milieu ambiant, la faune et la flore, pour sensibiliser le public.

« Je ne suis pas donneur de leçons », tient-il à souligner, mais je fais passer les messages avec humour. » Et dites avec le sourire, les informations passent mieux.

Michel Benizri est un Varois d'adoption, depuis 1991. Comédien en Corrèze, il a eu envie de bouger à la naissance de son fils. Avec sa famille, il s'est installé à Six-Fours.

Embauché à son arrivée par la compagnie Le Théâtre du Songe (Draguignan), il a eu une proposition de mise en scène par Jean-Louis Masson autour de l'Histoire. Depuis, il a fait son trou dans le département et la région. Il codirige La Compagnie des Menteurs qui présente régulièrement des créations.Il continue également de travailler pour le cinéma (dans des films de Nicole Garcia, ou Bruno Podalydès, entre autres) ou la télévision. La semaine dernière, il était en tournage, à Briançon, pour un rôle dans un épisode de la série télévisée Alex Hugo (1).

Grâce à son activité de crieur, il a découvert le parc naturel régional du Verdon de l'intérieur. « Je suis tombé amoureux de ce territoire, dit-il. J'ai la chance d'avoir été choisi pour l'incarner, je l'ai vu en toutes saisons, j'apprécie toutes ses couleurs. Bien sûr, il y a le cadre, le paysage. Mais c'est nous aussi qui faisons le paysage par notre imaginaire. J'aime les gens et ce qui m'intéresse, c'est comment je vais apprendre par le regard de l'autre. »

À chaque fois qu'il vient, il enrichit sa palette, étoffe son cercle relationnel. « Je fais de belles rencontres d'un bout à l'autre du territoire, je m'y suis fait des amis, des personnes qui sont merveilleuses. On ne peut pas vivre ici en n'étant pas engagé, c'est un territoire difficile, rude. » Et l'engagement est cher au cœur de cet humaniste.

« L'estranger » fait désormais partie du pays : « J'ai changé de statut le jour où les habitants ont dit ''voilà notre crieur'' et non plus ''voilà le crieur ''. À ma manière, je mets en valeur ceux qui œuvrent pour le site, en rappelant qu'on ne peut rien faire tout seul. Le décor, lui, n'a pas besoin de mes services. Il est d'une beauté exceptionnelle. »

Ses interventions sont toujours très applaudies, quels que soient le message et le public.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct