“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les messages

Mis à jour le 14/08/2018 à 05:20 Publié le 14/08/2018 à 05:20
Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ».

Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ». Hélène Dos Santos

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les messages

Depuis huit ans, Michel Benizri endosse le costume de messager dans le parc naturel régional. Avec humour et sensibilité, il fait circuler l'information et crée du lien sur le territoire

Avec son costume orange et ses chaussures vertes, il ne passe pas inaperçu. Et c'est volontaire. Comme les agents de l'Équipement, Michel Benizri mise sur la couleur pour être vu, à la différence qu'il cherche, lui, à être mieux entendu.

Dans la gamme de ses nombreux rôles, ce comédien et metteur en scène ajoute, depuis fin 2010, celui de crieur du Verdon. « Je suis celui qui fait circuler les informations et transmet les nouvelles de ce beau pays », se présente-t-il.

À l'image du crieur public d'antan, il arpente les quarante-six communes du parc naturel régional et vient à la demande, à l'occasion de fêtes ou d'événements. « L'idée, c'est de tisser du lien », explique-t-il.

Un regard décalé

Comme lorsqu'il passe les annonces des habitants : l'un cherche de l'aide pour la cueillette en échange d'une partie de la récolte, l'autre propose une initiation au bricolage... Il y a aussi les chroniques jouées devant du public, et là c'est du « one shot ».

« On peut parler de beaucoup de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct