“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Je passe bientôt mon examen

Mis à jour le 15/01/2016 à 05:11 Publié le 15/01/2016 à 05:11
Florian Addad Cartel, 17 ans, est élève en dernière année à l'école des JSP.

Je passe bientôt mon examen

Pour Florian, l'aventure des JSP a commencé en septembre 2011.

Pour Florian, l'aventure des JSP a commencé en septembre 2011. Il se souvient encore du jour précis où il est entré dans cet univers. Depuis tout petit, il savait déjà ce qu'il voulait être. Florian a un rêve : devenir un jour sapeur-pompier professionnel.

C'est son père, l'adjudant Addad-Manfrini, sapeur-pompier de Saint-Jean-Cap-Ferrat, qui lui a parlé de la formation, alors qu'il n'avait que 7 ans. II a alors tout de suite voulu intégrer l'école des JSP. Il a toutefois dû attendre d'avoir 11 ans pour être admis dans le groupe.

Le jeune homme est issu d'une famille où il y a énormément de sapeurs-pompiers. Son oncle officie à Paris en tant que colonel et son parrain est sapeur-pompier à Menton. Autant dire que le jeune homme était prédestiné à suivre cette voie. Il ne s'imaginait pas une seconde exercer un autre métier que celui de sapeur-pompier, même s'il était tenté de s'engager dans l'armée, plus précisément dans l'infanterie.

Prochaine étape pour Florian : obtenir au mois d'avril son brevet . Il lui faudra alors maîtriser les épreuves théoriques et sportives mais aussi les différentes manœuvres. En attendant, il continuera son cursus scolaire en première option « gestion et administration » au Lycée Saint-Joseph de Roquebrune-Cap-Martin. Une chose est sûre : au vu de sa passion et de sa motivation, on peut gager qu'il réussisse cette épreuve.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct