“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jardins d'Apolline : quatre ans de travaux !

Mis à jour le 19/07/2017 à 05:04 Publié le 19/07/2017 à 05:04
À l'occasion d'un point presse, hier matin, Albert Croési, référent du dossier Apolline pour le gouvernement, a fait un rapport d'étape avec Rémy Rolland, administrateur des Domaines, et Olivier Lavagna, directeur des Travaux publics.

À l'occasion d'un point presse, hier matin, Albert Croési, référent du dossier Apolline pour le gouvernement, a fait un rapport d'étape avec Rémy Rolland, administrateur des Domaines, et Olivier Lavagna, directeur des Travaux publics. Charly Gallo/Dir'Com'

Jardins d'Apolline : quatre ans de travaux !

Les bâtiments vont être mis à nu pour changer les canalisations. Le chantier, en quatre temps, pourrait démarrer en janvier, le temps de trouver des appartements pour reloger les locataires

Il parle d'une « mission primordiale face à une situation insupportable ». Depuis trois semaines qu'il a été nommé, Albert Croési est chargé de coordonner pour le gouvernement les questions qui touchent au dossier du Jardin d'Apolline.

Son credo ? « Apporter un lien humain » dans cette affaire qui touche l'immeuble victime d'infiltrations et où l'eau n'est plus potable depuis un mois. « Le ministre d'État m'a sollicité pour cette mission en accord parfait avec le président du Conseil national », confirme Albert Croési, qui doit désormais se charger de l'après.

Car décision a été prise de reprendre l'ouvrage et de refaire en totalité tous les appartements. « Ce sera long et compliqué, imagine-t-il. Je vais rencontrer un à un les locataires pour comprendre leurs besoins. Il faut les bichonner. L'État ne reculera devant aucune dépense pour rendre ces appartements totalement salubres. Ce ne sera pas du bricolage. »

Des appartements tiroirs recherchés

La procédure choisie consiste à refaire bloc par bloc les quatre bâtiments, soit 237 appartements. Actuellement, une cartographie de tous les sols est en cours pour savoir quel bloc est le plus atteint et démarrer par celui-ci. Dans l'idéal, il s'agirait de vider un premier bâtiment d'ici à la fin de l'année 2017 pour attaquer les travaux en janvier.

Les équipes du gouvernement estiment que dix mois de travaux sont nécessaires par bâtiment, soit près de quatre ans pour remettre en état les lieux. « Les appartements seront mis à nu jusqu'au béton, la structure de l'immeuble n'ayant pas de problème. Les canalisations, qui passent dans la dalle seront déplacées. Et les fibres de bois dans les cloisons, enlevées », confirme Olivier Lavagna, directeur des Travaux publics.

Il est nécessaire, pour l'heure, de trouver une soixantaine de logements qui serviront d'appartements tiroirs pour abriter les résidents, bloc après bloc, lors des travaux.

« J'étudie toutes les solutions possibles pour éviter de toucher aux appartements domaniaux dans les programmes qui vont être livrés l'an prochain, et ce n'est pas simple », plaide Albert Croési, qui ressent un élan de solidarité. « Certaines personnes m'ont contacté pour me proposer un appartement libre. Deux promoteurs aussi m'ont fait savoir qu'ils avaient des logements à proposer. Je vais aller voir les autres et faire appel à leur patriotisme. »

« Pas de solution idéale »

Autre décision, les locataires seront relogés dans des appartements meublés par le gouvernement. Leurs affaires personnelles seront déménagées et stockées en garde-meuble, puis réinstallées à la fin des travaux. Pour l'heure, en raison de la non-potabilité de l'eau, la gratuité des loyers est consentie pendant trois mois. Il sera ensuite facturé à 50 % pour les résidents pendant la durée des travaux. Les locataires relogés temporairement, seront pendant ce laps de temps, à nouveau exonérés de loyer.

Concernant les commerçants du secteur, Albert Croési est conscient des problèmes que ce nouveau chantier engendrera.

« Il y aura des désagréments, c'est certain, mais nous réfléchissons à une logistique qui devrait minimiser les nuisances. Des solutions idéales, il n'y en a pas. Mais nous allons intensifier le travail d'écoute et de proximité. »

« Pas de démagogie monégasco- monégasque »

Le 28 juin dernier, le souverain avait effectué une visite dans l'immeuble pour se rendre compte des travaux en cours.
Le 28 juin dernier, le souverain avait effectué une visite dans l'immeuble pour se rendre compte des travaux en cours. Michael Alesi

La suite du direct