“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jardins d'Apolline : la Satri provoque Serge Telle en duel

Mis à jour le 01/03/2018 à 05:11 Publié le 01/03/2018 à 05:11
La Satri dénonce des travaux précipités et disproportionnés, qui pourraient aboutir à la destruction  de preuves, ce que conteste le gouvernement.

La Satri dénonce des travaux précipités et disproportionnés, qui pourraient aboutir à la destruction de preuves, ce que conteste le gouvernement. Jean-François Ottonello

Jardins d'Apolline : la Satri provoque Serge Telle en duel

Le constructeur de la résidence domaniale sinistrée fait appel au ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, qui adresse une lettre ouverte pimentée au Ministre d'État. Qui répond vertement

La résidence domaniale Les Jardins d'Apolline, où logent 10 % des Monégasques, est considérée comme sinistrée, et l'intégralité des 234 appartements sera refaite à neuf. Un chantier colossal qui necessite le relogement des occupants.

La Satri, filiale du groupe Marzocco, qui s'est chargée de la construction, estime se faire tirer dessus à boulets rouges depuis trop longtemps.

Elle a donc sorti de sa manche un atout médiatique : « Maître Dupond-Moretti travaille pour le Groupe Marzocco et la Satri depuis un certain temps et compte tenu de la médiatisation souvent à sens unique de cette affaire, nous avons voulu donner à notre position le plus grand impact possible ».

Dent dure

Le grand avocat parisien Eric Dupond-Moretti a adressé une lettre ouverte au Ministre d'État, Serge Telle, diffusée par voie de presse et par le biais d'achat d'espaces publicitaires (dont cet article ne fait pas partie) et remise personnellement au principal intéressé « en temps et en heure ». Et tout le monde en prend pour son grade, y compris votre journal quotidien.

En clair, l'avocat sort la sulfateuse, et montre qu'il sait s'en servir, sans pour autant dézinguer tout de suite. Une petite rafale d'avertissement tout au plus. Car la filiale du groupe se défend...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct