“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Jacqueline Verdini aux cimaises de la Maison russe

Mis à jour le 27/04/2018 à 05:08 Publié le 27/04/2018 à 05:08
Jacqueline Verdini, aux côtés du maire Jean-Claude Guibal et de Laurent Maître, directeur de la Maison russe, lors du vernissage de ses œuvres.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Jacqueline Verdini aux cimaises de la Maison russe

Quel Mentonnais ne connaît pas Jacqueline Verdini et son franc-parler ?

Quel Mentonnais ne connaît pas Jacqueline Verdini et son franc-parler ? Son amour immodéré pour sa ville natale, son tempérament fort, sa passion pour les arts et la culture ont forcément touché au cœur les familles mentonnaises à un moment ou à un autre... Dans l'enceinte des musées de la ville et du Théâtre du Lavoir qu'elle a créé, ou assise, pensante, sur le muret du quartier qui l'a vue naître - le Fossan - dans la maison construite par son père, Jacqueline Verdini a traversé les décennies, toujours animée par son esprit de passionnée et de libre penseur !

Et voilà qu'aujourd'hui, à 95 ans, elle expose une petite partie de ses œuvres dans son lieu de résidence, la Maison russe !

Le vernissage s'est déroulé en présence de Jean-Claude Guibal, le maire de Menton, qui est resté très proche de sa première adjointe à la culture (de 1989 à 1995), et de son épouse Colette Giudicelli, sénateur des Alpes-Maritimes.

Des œuvres dans le hall d'accueil

Le directeur de l'établissement de retraite, Laurent Maître, qui a pris le parti d'embellir la résidence avec des œuvres artistiques, a ainsi mis à l'honneur une grande dame mentonnaise.

« Nous voulions lui rendre hommage et lui faire plaisir de son vivant » explique la petite-nièce de Jacqueline Verdini, Marie-France Cat, qui s'est chargée de la mise en place de l'exposition. « On a fait le tour des caves familiales pour lui consacrer une exposition qui lui ressemble ; il y a notamment un portrait de sa grand-mère peint en 1950...». La nature, qui a guidé son œuvre très colorée, est aussi présente. Celle qui a été l'élève d'André Lothe et a travaillé avec Gen Paul a assurément laissé son empreinte dans la ville : le jardin de sculptures du palais de Carnolès, la création de l'école municipale d'arts plastiques, la restauration du Chemin du Rosaire, les fresques du Théâtre du Lavoir, la Biennale de Menton... Et ses illustrations colorées sur des dictons mentonnais qui trônent dans la salle d'attente de l'Hôtel de ville en disent long sur son esprit mentounasc... Bonne retraite Mme Verdini !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.