“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

J-2 avant l'ouverture du 69e Festival de musique

Mis à jour le 26/07/2018 à 05:09 Publié le 26/07/2018 à 05:09
D'un point de vue logistique, tout est désormais prêt pour accueillir les artistes de renommée internationale, ainsi que le public, sur le parvis de la basilique Saint-Michel.

D'un point de vue logistique, tout est désormais prêt pour accueillir les artistes de renommée internationale, ainsi que le public, sur le parvis de la basilique Saint-Michel. Cyril Dodergny

J-2 avant l'ouverture du 69e Festival de musique

L'événement - devenu un incontournable pour les Mentonnais comme pour les mélomanes de tous horizons - démarre officiellement samedi. Retour sur l'âme du festival, et sur ses préparatifs

À l'instar du Yin Yang, le festival de musique de Menton a trouvé équilibre et harmonie avec sa 69e édition - qui démarrera officiellement samedi sur le parvis de la basilique Saint-Michel. Mais de toute évidence, sa réputation ne date pas d'hier, et le succès du festival - ininterrompu depuis sa création - tient à bon nombre de détails. À commencer par une organisation sans faille, dont le directeur artistique, Paul-Emmanuel Thomas, donne le « la » plusieurs mois (sinon années) en amont.

Comment fait-on naître un tel bébé tous les ans ? Quelles sont les nouveautés ? Les inconditionnels ? À deux jours du lancement, voici ce que l'on peut retenir.

Paul-Emmanuel Thomas, chef d'orchestre du festival depuis six éditions

« J'ai la deuxième plus grande longévité. Après le fondateur, André Borocz, qui fut le responsable du festival pendant près d'un demi-siècle. Mais je ne pense pas battre ce record… », amorce, tout sourire, le directeur artistique de l'événement. Attaché au fait que le festival de musique de Menton « préserve sa marque de fabrique, reste très identifié ». « Il est, d'une certaine manière, old fashion dans son ADN, mais résolument inscrit dans le XXIe siècle, poursuit Paul-Emmanuel Thomas. Mon challenge...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct