“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ivre sur la route du travail à 9 heures

Mis à jour le 18/11/2019 à 10:05 Publié le 18/11/2019 à 10:05
La soirée entre amis s’était prolongée jusqu’à 7 heures. 	(Archives NM)
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ivre sur la route du travail à 9 heures

Une soirée entre amis à Menton a viré à la beuverie, puis tourné au vinaigre pour l’invité.

Une soirée entre amis à Menton a viré à la beuverie, puis tourné au vinaigre pour l’invité. Le quinquagénaire, après avoir absorbé quatre bières et autant de verres de vin veut rentrer chez lui ce samedi 20 avril. Il est 5 heu < res, on trinque au dernier godet puis on discute encore jusqu’à 7 heures.

Mais le Beausoleillois doit prendre son travail à 8 heures et il est utile de passer au domicile pour se débarbouiller sommairement. Ivre, le régisseur lumière enfourche ensuite son scooter et traverse les voies de la Principauté.

Il emprunte le boulevard du Larvotto et des policiers en patrouille remarquent une conduite totalement inadaptée du deux-roues et sa vitesse excessive. Il est 9 heures !

La « discorde » horaire alerte le président Jérôme Fougeras Lavergnolle (*). « Vous rentrez chez vous à 7 heures pour aller travailler à 8 heures et on vous contrôle à 9 heures ? Quelque chose cloche. Comme vous étiez en phase ascendante, mais on a retenu le taux le plus bas, soit 0,82 mg/l, n’aviez-vous pas bu d’autres verres entre-temps ? La proportion d’alcool était encore importante par rapport à vos déclarations sur l’heure où vous avez arrêté de boire… »

« Les effets de l’alcool ne passent pas en se mettant au lit »

Le prévenu s’en tient à des détails futiles, avec un retard sur l’heure d’embauche à cause d’un petit somme. Peut-être a-t-il eu peur des maux consécutifs ? Il appréhende une peine qui influerait sur son emploi… La « prescription » du premier substitut Cyrielle Colle met en garde le prévenu sur une éventuelle récidive : « Les effets de l’alcool ne passent pas en se mettant au lit et en éteignant la lumière. Seul le temps peut en affaiblir les conséquences sur l’organisme. La garde à vue et cette comparution devant votre tribunal doivent être des signaux suffisants pour que Monsieur ne recommence plus. Vous prononcerez une peine relativement élevée de 1 000 euros d’amende plus une contravention. »

Le tribunal ramènera les réquisitions du ministère public à 800 euros d’amende plus la contravention au tarif habituel de 45 euros.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.