“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Interdite de séjour, elle revient pour se prostituer à Monaco

Mis à jour le 24/03/2016 à 05:15 Publié le 24/03/2016 à 05:15
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Interdite de séjour, elle revient pour se prostituer à Monaco

Dans la nuit du vendredi 19 au dimanche 20 décembre 2015, les agents patrouillent au Larvotto. Quand ils arrivent au SAS Café, ils remarquent sur la piste de danse une jeune femme qu'ils connaissent bien parce qu'elle a été refoulée du territoire par une décision de justice du 25 novembre 2014.

Il s'agit d'Alexandra. Une ressortissante roumaine âgée de 23 ans. Elle se présente comme « escort-girl » et réside en Roumanie. Suite à cette infraction à mesure de refoulement, elle a comparu devant le tribunal correctionnel.

À Monaco pour se divertir…

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a voulu connaître les raisons de cette intrusion. D'autant que, comme il l'a précisé à la prévenue, dont les casiers judiciaires sont toutefois vierges, « vous saviez que vous n'aviez pas le droit de venir à Monaco ».

La jeune femme, un peu évasive, admet avoir oublié l'interdiction. Elle était en vacances et passait par Monaco pour se divertir…

Pour sa part, le procureur Alexia Brianti assure que « Madame avait parfaitement connaissance de la mesure. Elle faisait l'objet d'une telle sanction à l'époque car elle se livrait à un démarchage agressif dans son activité de prostitution. Évidemment, elle est revenue pour exercer le même métier. Afin que cette personne ne remette plus les pieds en Principauté, vous la condamnerez à dix jours d'emprisonnement assortis du sursis et 400 € d'amende ».

Pour assurer sa défense, la prévenue a déclaré : « J'ai pris conscience de mon erreur, mais je n'avais pas bien compris les conséquences de l'interdiction. Je veux partir chez moi en Roumanie… »

Le tribunal retiendra seulement les dix jours avec sursis dans les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.